Morphopsychologie

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Vous souhaitez avoir des conseils pour mieux connaître votre personnalité, pour savoir gérer votre stress, apprendre à vous comporter lors d'un évenement inhabituel, contactez moi par mail : Sylvia , lesateliersdubienetre@hotmail.fr

comment « lire » un visage

Qu’est-ce qu’un visage « dilaté » ou « rétracté » ? Comment distinguer les traits d’un « concentré » et ceux d’un « réagissant » ?

Dans un excellent ouvrage sur la question, le morphopsychologue Patrice Ras délivre les grandes clés de cette science humaine qui n’en finit pas de fasciner.

Il paraît que l’on s’en sert de plus en plus : dans les services de recrutement des entreprises, en management, lors des séances de psychothérapie ou de coaching… Mais que sait-on au juste de cette « science humaine » déjà décrite par les prêtres égyptiens et les philosophes grecs ? Sur quoi repose-t-elle ? A quoi sert-elle ? Dans un ouvrage complet paru aux éditions Jouvence, »

Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité« , Patrice RAS,consultant formateur depuis 13 ans, explique tout. Pourquoi s’intéresser d’aussi prêt aux traits de ceux qui nous entourent ? « Parce que notre visage est notre meilleure « carte de visite » et que la morphospsychologie est le décodeur de ce langage naturel », explique le spécialiste. D’où l’intérêt d’en connaitre les bases pour mieux comprendre les autres et mieux communiquer avec eux. Mais par où commencer ? Comment s’initier ? C’est une découverte en 6 étapes que nous vous proposons. Prête pour la 1ere leçon ?

Qu’est-ce qu’un visage dilaté ou rétracté ?

Pour la faire simple, la dilatation est le développement d’un volume dans toutes les directions, comme un ballon. Un visage dilaté tend donc à être plutôt rond et ouvert. Quant à la rétractation, c’est le mouvement inverse, un retrait qui produit presque toujours un allongement. Un visage rétracté aura donc tendance à être plus long plus et plus ramassé que large.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques dilatés célèbres : Roselyne Bachelot, Lara Fabian, Liane Foly, Sabine Azéma, Isabelle Boulay et, du côté des hommes, Jean Dujardin, Garard Depardieu, Patrick Timsit ou Gilles Lelouche.

Quelques rétractés célèbres : Michèle Alliot-Marie, Naomi Campbell, Carole Bouquet, Charlotte Rampling et, du côté des hommes, Vincent Lindon, Bernard Arnault, Sean Penn, Bill Gates ou Steve Jobs.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Même s’il faut distinguer des nuances dans les degrés de dilatation ou de rétraction (il y a des dilatés et rétractés « purs » ou « légers »), Patrice Ras définit ainsi les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le dilaté est un extraverti infatigable. Il s’intéresse à tout et recherche surtout les plaisirs et la facilité. Ses qualités sont surtout l’ouverture et la spontanéité. Ses défauts, l’avidité et le conformisme.

- Le rétracté est un introverti hypersensible. Il s’intéresse beaucoup à sa vie intérieure, a besoin de solitude, de recul et de temps. Ses qualités sont généralement la rigueur, la maturité et le contrôle. Ses défauts sont plutôt la froideur, voire la dureté.

Comment distinguer les visages « concentrés » et « réagissants » ?

Dans » Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité » (Jouvence), Patrice RAS, consultant formateur, explique que la concentration est un alliage de dilatation et de rétractation : chez le « concentré », le cadre est dilaté (large), mais les récepteurs sensoriels (yeux, nez, bouche) sont rétractés (petits, en retrait et « concentrés » au milieu du visage). La réactivité, elle, est le contraire de la concentration. Le « réagissant » présente un cadre rétracté (allongé, mince) et des récepteurs sensoriels dilatés (grands, ouverts).

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques concentrés célèbres : Muriel Robin, Juliette, Martine Aubry, Christine Boutin et, du côté des hommes, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Bruce Willis, Sébastien Chabal, Philippe Starck.

Quelques réagissants célèbres : Rachida Dati, Julia Roberts, Nicole Kidman, Audery Tautou,Pénélope Cruz et, du côté des hommes, Gad Elmaleh, Fabrice Luchini, Michel Platini, Jean-Marie Bigard.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Là aussi, même s’il faut distinguer des nuances (il y a des concentrés et réagissants « purs » ou « légers »), Patrice Ras définit ainsi les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le concentré est un « terrien » ! Il s’intéresse en général à son univers et à ses biens. Il a besoin avant tout de sécurité et d’appartenance. Ses qualités sont son côté travailleur, concret et organisé. Ses défauts, la possessivité ou la méfiance, un côté têtu et une certaine lenteur.

- Le réagissant est un « citadin ». Il s’intéresse beaucoup à la nouveauté, à l’insolite. Il a besoin avant tout de changement, de stress, de nouveauté. Il cherche d’abord et avant tout à s’amuser, à séduire et à profiter de la vie. Ses qualités sont la gaieté, la gentillesse et l’adaptabilité. Ses défauts : la superficialité et la dispersion.

En morphopsychologie, le profil compte aussi. Ce qu’il faut regarder ? Son degré d’inclinaison. Explications du morphopsychologue Patrice Ras.

Sous le regard bienveillant de Patrice Ras, auteur de » Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité » (Jouvence), observez donc votre profil. Comment le décrieriez-vous ?

- Un profil rétracté latéral est incliné, en diagonale, aérodynamique avec, souvent, une mâchoire en avant et un petit front.

- Un profil rétracté frontal est (quasi) vertical, redressé, avec souvent un grand front.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques rétractés latéraux célèbres : Ségolène Royal, Nathalie Baye, Fanny Ardant, Amélie Mauresmo, Kate Middleton et, du côté des hommes, Nicolas Sarkosy, Johnny Halliday, Tom Cruise, Bernard Tapie.

Quelques rétractés frontaux célèbres : Catherine Deneuve, Charlotte Gainsourg, Juliette Binoche, Madonna et, du côté des hommes, Aimé Jacquet, Lionel Jospin, Laurent Fabius, Bill Clinton.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Là encore, Patrice Ras établit des nuances (il y a des latéraux et des frontaux « purs » ou « légers »). Mais il définit les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le rétracté latéral est un fonceur ! Ce qui l’intéresse, c’est ce qui bouge, change, évolue. Voilà pourquoi ce dont il a besoin est avant tout de liberté, d’espace, de projets. Ses qualités : le dynamisme, l’autonomie et la rapidité. Ses défauts : l’instabilité, l’immaturité ou la fuite.

- Le rétracté frontal est un contrôleur ! Ce qui le passionne ? Les faits, les chiffres, l’argent ! D’où son besoin extraordinaire de stabilité et de sécurité : maîtriser les choses, les gens lui est indispensable. Ses qualités sont généralement le sang-froid et l’efficacité. Ses défauts sont assez logiquement la froideur, la lenteur, voire la méfiance.

Qu’est-ce qu’un visage « atone » par rapport à un visage « tonique » ? Les explications de Patrice Ras, morphopsychologue.

Comment savoir si votre visage respire la tonicité ou l’atonie ? Dans son livre paru aux éditions Jouvence,Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité, Patrice RAS, consultant formateur, donne tous les détails pour que rien ne vous échappe. Ce qu’il faut retenir ? La tonicité d’un visage s’exprime par des formes carrées et anguleuses avec des récepteurs sensoriels horizontaux ou montants. L’atonie, à l’inverse, s’exprime par des formes molles, allongées, arrondies (ovales) et des récepteurs sensoriels mous et tombants.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques toniques célèbres : Marion Cottillard, Uma Thurman, Florence Arthaud, Elisabeth Badinter et, du côté des hommes, JDavid Douillet, Jacques Attali, John Malkovich, Jim Carrey.

Quelques atones célèbres : Angela Merkel, Loana, Liv Tyler, Isabelle Adjani, Mylène Farmeret, du côté des hommes,Barack Obama, Jean-Paul Belmondo, Stéphane Bern, Jo-Wilfried Tsonga, Mark Zuckerberg.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

La plupart du temps, les visages ne sont pas de « purs » atones ou de « purs » toniques. Ils peuvent être légèrement atones ou légèrement toniques. Parfois aussi, ils sont « mixtes », c’est-à-dire, un peu les deux. Mais on peut tout de même citer les caractéristiques générales des uns et des autres .

Concrètement, une personne tonique a tendance à vouloir décider, contrôler ou diriger sa vie … voire celle des autres ! Elle a besoin de difficultés, d’obstacles pour se sentir existée. Ses qualités sont son côté décideur, volontaire, combatif. Ses défauts : son aspect agressif, égoïste ou rigide. Inversement, une personne atone a tendance à attendre, suivre, dépendre, voire se laisser porter. D’une certaine manière, on peut même lui prêter une certaine passivité : elle a besoin d’être prise en charge, dirigée et rassurée. Ses qualités vont de la gentillesse à l’altruisme en passant par l’écoute. Ses défauts : son côté indécis, mou, peureux, lent.

Les 3 étages du visage : priorité au corps, au coeur ou à la tête ?

Dans son ouvrage Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité, Patrice Ras explique que le corps et le visage comportent trois parties qui se correspondent :

- L’étage instinctif (qui correspond aux jambes) comprend toute la mâchoire jusqu’à la base du nez.

- L’étage relationnel (qui correspond au tronc) concerne toute la zone allant du nez (dans son entier) jusqu’aux sourcils.

- L’étage cérébral (qui correspond à la tête) englobe tout le front, des sourcils à la racine des cheveux.

Pour savoir, quel est l’étage dominant, chez vous ou chez votre interlocuteur, observez celui qui est le plus dilaté (développé en volume) et le plus tonique. Il indique la priorité, consciente ou non, de l’individu.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques « instinctifs » célèbres : Aurélie Filippetti, Isabelle Huppert, Jodie Foster, Laurence Parisot et, du côté des hommes, Dominique Strauss-Kahn, Michael Douglas, Sean Connery ou Jean-Marc Barre.

Quelques « relationnels célèbres » : Hilary Clinton, Nolwen Leroy, Sophie Marceau, Brigitte Bardot, Isabelle Rossellini et, du côté des hommes, Omar Sy, Patrick Breul, Nagui, le Dalaï-Lama ou Woody Allen.

Quelques « cérébraux » célèbres : Christine Ockrent, Amélie Nothom, Elisabeth Badinter, Helen Hunt et, du côté des hommes, Jean-Marc Ayrault, Karl Zéro, Benoît Poolvorde, Bénabar, Steven Spielberg, Fabien Barthez.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

- L’instinctif privilégie le corps. Pour lui, vivre signifie percevoir des sensations physiques (par le biais de la sexualité, du sport, de la gastronomie…) Voilà pourquoi il ne croit que ce qu’il voit ou, mieux, ce qu’il touche. Ses qualités sont un très haut degré l’énergie, la joie de vivre, la spontanéité, l’authenticité, le naturel. Ses défauts sont à chercher parmi la dépendance, l’avidité ou l’absence de limites. Les métiers qui l’attirent : chef d’entreprise, artisans, sportifs, gestionnaires…

- Le relationnel donne priorité au coeur. Le plus important pour lui : communiquer, échanger des idées, des sentiments. Il a surtout besoin d’aimer, d’être aimé et ne supporte pas l’indifférence. La solitude l’ennuie ou le détruit. Partager des émotions vraies, voilà ce qui le remplit de joie. Ses qualités : une grande gentillesse, beaucoup d’ouverture, une grande tolérance et de la souplesse. Les métiers qui l’attirent : commercial, journaliste, publicitaire…

- Le cérébral ne pense qu’à sa tête. Penser, réfléchir, imaginer, concevoir, apprendre, s’informer, découvrir… Tels sont ces maîtres-mots. Au point qu’il lui arrive parfois de négliger son corps et ses besoins physiques. Ses qualités sont un très haut niveau d’intelligence, sa précision, sa mémoire, son self-control. Ses défauts sont à chercher du côté de l’orgueil et de la volonté de pouvoir. Surtout, il a parfois un complexe de supériorité qui l’entraîne à vouloir dominer ceux qui l’entourent.

Que dit votre coiffure sur vous !

La nature de vos cheveux en dit long sur votre caractère.

Par exemple, les cheveux épais dénotent chez celles qui les possèdent de la volonté, de l’énergie et une forte personnalité difficile à influencer.

Les traits de personnalité pèsent également sur les choix de coiffure, même chez celles qui suivent la mode à la lettre.

Voici quelques exemples d’analyses psychologiques liées aux spécificités capillaires.

La question de la raie est lourde de signification. Les femmes rebelles qui n’apprécient pas se conformer aux règles établies, apprécient placer leur raie à droite.

Inversement, si vous adorez tracer une raie arrondie pour obtenir une coiffure asymétrique c’est que vous êtes une conformiste, vous vous pliez facilement aux règles.

Celles qui aiment bien les raies floues ont généralement eu une adolescence à problème marquée par une mauvaise communication mère fille.

Les préférences sur les longueurs sont loin d’être anodines. Si vous avez une aversion pour les cheveux longs et que vous affectionnez les coupes ultra-courtes, vous versez rarement, voire pas du tout, dans le sentimentalisme.

Mais attention, si raser complètement votre crinière vous tente, cela ne veut pas dire que vous êtes une femme qui n’a pas de cœur. C’est tout le contraire : vous êtes une romantique née. He oui, contre toute attente, celles qui portent des coupes boyish et celles qui ont les cheveux rasés n’ont manifestement pas grand-chose en commun au niveau affectif !

On termine avec les cheveux bouclés et wavy, grande tendance du moment. Entre toutes les coiffures à la mode, vous avez décidé d’opter pour des boucles et des ondulations ? C’est tout simplement parce que vous aimez vous amuser !

Morphopsychologie
Morphopsychologie
Morphopsychologie

Commenter cet article