Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Les ongles, vitrine de soi

Ils ne se contentent plus de se parer de couleurs. Désormais, ils peuvent être pailletés, graphiques, sculptés, comme de véritables œuvres d’art miniatures. Que dit cette mode de notre rapport à la féminité ?

Marie L'Hermet

Sommaire

L’autre jour, j’étais assise en face d’elle dans le métro et je me disais, songeuse : « Cette femme ne fait jamais la vaisselle. » Ses ongles portaient des reproductions d’une toile de Braque. Je gardais alors le souvenir cuisant de ma propre tentative de faux ongles, il y a dix ans. C’était à New York, où prospéraient les ongleries, qui font désormais fureur chez nous. Je m’en étais fait faire de magnifiques en résine, très longs, très carrés, très décorés. J’avais passé la journée à expérimenter des poses nouvelles, des gestes lents, des jeux de mains inédits. Et puis, le soir, je m’étais aperçue qu’il m’était impossible de retirer mes lentilles de contact avec mes fabuleux attributs, sauf à y laisser ma cornée, et je dus tout couper. Depuis cette expérience, je conservais la certitude que les ongles somptueux étaient faits pour les stars et les chanteuses de R’n’B. Certainement pas pour les simples mortelles comme moi.

Des objets d'admiration

Le temps m’a donné tort. Brusquement, le classique vernis rouge s’est changé en bleu, vert, bronze, jaune… Parfois une teinte à chaque doigt. Puis aux couleurs ont succédé les paillettes, les reliefs, les dessins ou les pochoirs. Plus rien ne semble arrêter celles pour lesquelles on a déjà créé le néologisme anglais nailista, « folle des ongles ». Comme si plus nos doigts étaient visibles – sur le clavier de notre ordinateur, sur l’écran de nos tablettes ou de nos Smartphone (Nokia propose le Lumia 900 Pink, un téléphone rose, vendu avec le vernis à ongles assorti !) –, plus ils devaient être objets d’intérêt, pour ne pas dire d’admiration. Pour le sociologue Jean-Claude Kaufmann, fin explorateur de nos nouveaux us et coutumes, « tout travail sur le corps a pour fonction de se construire une identité dans le regard des autres. Les habits, les gestes, les mouvements y participent. Et le soin des mains, qui sont l’une des premières choses que nous découvrons de nous, encore plus ».

Girly et régressif

Pour essayer

Découvrez en images comment personnaliser vos ongles !

Que cherchons-nous donc à montrer aux autres à travers cette mode du nail art (créations artistiques créées sur les ongles) ? Selon Elsa Deslandes, manucure professionnelle chez Gemey-Maybelline, « personnaliser ses ongles, c’est les faire siens, jamais semblables à ceux des autres. C’est une customisation qui signe notre personnalité du moment, celle que nous choisissons d’être. Séductrice aux ongles rouges, gothique en noir ou ado ludique qui préfère le jaune et les paillettes, je peux changer de personnalité quand je veux. Et, quand je colle sur le vernis un cœur, une tête de mort ou les lettres d’un mot, je dis quelque chose de moi ».

Ce quelque chose de particulier est intrinsèquement lié à la féminité. À l’heure où les hommes s’occupent de leur peau, de leurs cheveux, de leur corps, de leurs poils, les ongles laqués sont l’un des derniers bastions de la cosmétique féminine. Petites filles, c’est le premier geste de beauté que nous demandons à notre mère. Et c’est souvent le premier qu’elle accepte ! D’ailleurs, venue de Corée, cette tendance se décline particulièrement sur le mode fillette ou kawaii (« mignon », en japonais). C’est jaune, rose, bleu, pastel. C’est court, rond, limé, orné de petits animaux, de cœurs, d’étoiles, de brillants… Nous ne sommes pas loin de l’univers des mangas. « C’est drôle, un peu girly, un peu régressif, observe Elsa Deslandes. Cela touche les femmes très jeunes. Après 30 ans, vous n’allez pas à votre bureau avec des nounours sur des ongles verts. » Alors on se contente d’un strass sur l’auriculaire ou d’un effet matelassé.

Tout un art

Cette affirmation de la féminité, celle partagée au départ avec maman, est fréquente chez lesnailistas. Comme Stéphanie, 30 ans, qui confie : « J’ai toujours trouvé que c’était un moyen assez facile de faire “féminin”, mais j’ai vite laissé tomber car, avec ma vie – vaisselle, nautisme, judo… –, le vernis tient un jour et demi. Il y a dix-huit mois environ, j’ai rencontré Claire, j’ai flashé sur ses ongles, elle m’a dit que c’était du gel semi-permanent, je ne savais pas que ça existait. Depuis, une fois par mois, Claire me fait les ongles et nous nous amusons ensemble. » Emmanuelle, 24 ans, consacre ses samedis après-midi à ses mains et à ses amies. La bande de filles a toutefois vite compris que le véritable nail art ne s’improvise pas. Que cette véritable œuvre d’art miniature éphémère reste l’apanage de vrais professionnels. « Alors, nous nous rabattons sur les vernis aimantés, les paillettes, l’impression velours, précise Emmanuelle. Quand c’est réussi – pas toujours ! –, nous postons une photo de nos ongles sur Facebook ou sur Instagram. » En attendant les « like » !

Une marque de combativité

Les ongles ont aussi, symboliquement, quelque chose d’agressif que l’on ne s’avoue pas toujours : ce sont des griffes. Si les animaux utilisent les leurs pour grimper, creuser, se défendre, protéger leurs petits, les nôtres ont perdu de leur force. Mais, d’un point de vue symbolique, ils marquent la combativité. On se souvient de la sprinteuse Florence Griffith-Joyner, aux griffes acérées aussi démesurées que ses foulées. Et combien d’hommes frissonnent devant la menace qu’un ongle trop acéré peut faire courir dans le jeu amoureux ? Jean-Claude Kaufmann voit venir cette tendance à travers les publicités, telle la campagne automne-hiver de Céline : « L’industrie du luxe impose aujourd’hui aux femmes des codes qui passent par une certaine agressivité. Nous sommes loin des influences androgynes d’il y a quelques années. Avec ses talons aiguilles et ses ongles soignés, la femme guerrière a quelque chose de Barbarella et une sacrée confiance en elle. Car on ne bouge pas de la même façon avec ces attributs. » Serait-ce pour gommer cette assertivité que le nail art joue, parfois, sur des codes plus girly ? Pour que la petite fille dissimule la femme inquiétante que l’on assume moins ? Ce pouvoir de nous transformer à volonté et selon notre désir a quelque chose d’irrésistiblement attrayant. Comme si une part de nous, un peu sorcière, n’oubliait jamais que les ongles ont longtemps été source de sortilèges pour philtres magiques.

Ongles : les ennemis à connaître

Testez-vous !

Jusqu'où iriez-vous pour être belle ?Certaines femmes sont prêtes à y consacrer beaucoup d’efforts, de temps et d’argent pour se rapprocher le plus possible des silhouettes de rêve que l'on voit dans les médias. Parfois avec plaisir, parfois avec souffrance. D’autres, au contraire, ne veulent pas entendre parler de cette dictature de l’esthétique. Et vous, où vous situez-vous dans cette course à la beauté ?

Comme les cheveux, que l’on abîme à force de les teindre, de les chauffer ou de les lisser, les ongles sont de la matière vivante qu’il convient de protéger. Évitez donc d’abuser des produits et des gestes suivants.

Les dissolvants, avec ou sans acétone. Ce sont des dégraissants. Or, l’ongle est recouvert d’un film gras destiné à le protéger et à le nourrir. S’il est nettoyé par ces produits, l’ongle va s’assécher.

Les ponçages et polissages. Une fois par mois suffit. Et, surtout, évitez la lunule, la partie blanchâtre située à la naissance de l’ongle, qui protège la matrice.

Les appareils de « soin » électriques qui se démocratisent et qui provoquent parfois des dégâts irrémédiables. Attention également aux outils en métal qui écaillent la surface des ongles et qui finissent par les rendre cassants, dédoublés et fragiles.

ART de Psychologie.com

Les ongles mous !

Les ongles mous, cassants et dédoublés sont révélateurs de fragilités qui peuvent être d'origines diverses.

Causes et conséquences

L'ongle, tout comme le cheveu, est constitué de plusieurs plaques de kératine. La kératine est une protéine fibreuse qui résiste mal à certains facteurs. Des ongles en mauvaise santé sont donc des ongles dont la kératine est fragilisée.

Eau et produits chimiques

La nature poreuse de l'ongle le rend particulièrement sensible à l'eau qui fait gonfler et décolle les plaques de kératine les unes des autres. Résultat : les ongles deviennent mous et se dédoublent. Même constat pour les produits chimiques tels que les détergents qui attaquent et détériorent la couche supérieure de l'ongle qui devient cassant.

-Fatigue, stress et carence alimentaire

Les états de fatigue s'accompagnent souvent de carences en fer, zinc et vitamines B qui se manifestent par des ongles cassants. Certaines personnes stressées ont également l'habitude de se ronger les ongles, ce qui favorise leur dédoublement.

Quelles solutions adopter ?

-Des produits naturels

La levure de bière, riche en vitamine B8, est une excellente solution pour fortifier des ongles mous et cassants. Des massages réguliers de l'ongle avec de l'huile de ricin apporteront également des résultats visibles assez rapidement.

Les bons gestes au quotidien

Protéger ses mains en portant des gants lorsqu'on se sert de produits ménagers ou encore apposer occasionnellement du vernis durcisseur sont des astuces qui vous permettront de ménager vos ongles afin d'éviter qu'ils ne deviennent mous.
Se limer les ongles régulièrement

Plus les ongles sont longs, plus ils deviennent fragiles et ont tendance à se dédoubler. Pour bien les entretenir, pensez à les limer régulièrement avec des limes en carton, plus douces et respectueuses de la structure de l'ongle que les coupe-ongles.

Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse
Se faire les ongles ???? pourquoi ???? voici la réponse

Publié dans Psycho

Partager cet article

Repost 0

Psychotest : dessine-moi une maison, je te dirai qui tu es !

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Seule consigne : prenez un papier, un crayon et dessinez une maison. Ensuite, au psy de faire ses interprétations…

Grand classique de l’évaluation psychologique depuis plus de 50 ans, le test du dessin de la maison demeure l’un des plus utilisés dans les cabinets de thérapies. Normal : en traçant un logis, chacun représente bien plus qu’un simple volume. L’air de rien, ce sont tous nos affects, conscients ou non, qui se projettent et se révèlent symboliquement pour parler de notre rapport aux autres et au monde.

Envie de jouer ? Prenez un papier, un crayon, et laissez libre cours à votre spontanéité, à votre imagination. Seule consigne : dessinez une maison. En expert, Patrick Estrade (1) se charge de l’interprétation…

Vous avez dessiné…

- Une cheminée. Vous associez symboliquement maison et foyer, celui auprès duquel on se retrouve, on s’entraide. Vous n’êtes donc ni solitaire, ni isolée. Il en sort de la fumée ? Votre intérieur est habité comme vous l’êtes vous-même d’une bonne énergie vitale. Reste à voir dans quel sens s’échappe le nuage : vers la droite, c’est le signe que vous êtes tournée vers l’avenir.

- Une poignée de porte. Elle incarne votre esprit d’ouverture. Vous invitez l’autre à entrer chez vous sans crainte puisque vous savez ce qui vous appartient, ce qu’on ne pourra pas vous dérober.

- Une demeure de face. L’image parle d’elle-même : vous êtes franche, directe… À moins que ça ne soit qu’une une simple façade ?

- Une maison en volume. Une manière de signaler que vous êtes consciente de toutes vos dimensions : solide et fragile, heureuse et anxieuse, ouverte et secrète…

- Un grand toit. Puisqu’il symbolise la protection, sa taille en dit long sur votre besoin de réassurance…

- Un grand nombre de fenêtres. L’idée est la même si vous avez dessiné une baie vitrée : vous invitez le soleil à entrer dans votre demeure symbolique. Une manière de reconnaître que vous avez besoin des autres, que vous n’êtes pas égocentrée.

- Un velux ou un œil de boeuf. Percer le toit pour laisser pénétrer la lumière traduit souvent un besoin de spiritualité.

- Des volets ouverts. Leur présence indique que le logis n’est pas vide. La vie se dit. Fermés, cela traduira un repliement sur soi ; sage précaution en cas de besoin.

- Un chemin, un jardin, des fleurs… Quiconque s’aventure sur vos terres a la même impression : vous êtes attentive et accueillante. Nul doute que vous aspiriez à une vie sociale intense et riche.

- Une maison cube. Puisqu’il n’y a pas de toit, il n’y a pas de grenier. Vous êtes donc sans doute quelqu’un qui ne souhaite pas s’encombrer de l’héritage du passé. Peut-être parce qu’il est lourd à porter. À moins que ce ne soit votre personnalité rationnelle qui vous encourage vivre prioritairement l’instant présent.

- Une maison de plain-pied. Vous voulez être en prise directe avec la vie. Peut-être même votre voiture est-elle garée devant, signe de dynamisme.

- Des personnages, des animaux, des arbres… Ils traduisent votre besoin de vie sociale ainsi que votre désir de vivre en bonne entente avec le monde dans sa diversité.

- Un balcon. Prendre de la hauteur pour mieux apprécier la situation est un exercice qui vous est familier. En même temps, lorsque vous êtes perchée sur votre tour de contrôle, vous avez parfois l’impression que les choses vous échappent… Anxieuse, vous ?

- Une barrière. Elle délimite votre territoire, votre périmètre, l’envie de dire : « Ici, c’est chez moi. Avant d’entrer, merci de montrer patte blanche… »

- Un appenti. Comme une cabane d’enfant, celui-ci est une surface additionnelle à la maison qui peut abriter l’imaginaire… ou au contraire permettre les mises à l’écart. Quoi qu’il en soit, il traduit un côté futé qui semble dire : « si je peux en avoir plus pour le même prix, pourquoi je m’en priverais ? ».

- Des croisillons aux fenêtres. C’est la forme de fenêtre qu’on adore idéalement dessiner. Ils disent votre goût des choses un peu conventionnelles en même temps que votre besoin de sécurité. Souvent ils sont dessinés aux fenêtres des chambres du haut et traduisent le besoin de préserver cet espace d’intimité.

Publié dans Psycho

Partager cet article

Repost 0

Morphopsychologie

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Vous souhaitez avoir des conseils pour mieux connaître votre personnalité, pour savoir gérer votre stress, apprendre à vous comporter lors d'un évenement inhabituel, contactez moi par mail : Sylvia , lesateliersdubienetre@hotmail.fr

comment « lire » un visage

Qu’est-ce qu’un visage « dilaté » ou « rétracté » ? Comment distinguer les traits d’un « concentré » et ceux d’un « réagissant » ?

Dans un excellent ouvrage sur la question, le morphopsychologue Patrice Ras délivre les grandes clés de cette science humaine qui n’en finit pas de fasciner.

Il paraît que l’on s’en sert de plus en plus : dans les services de recrutement des entreprises, en management, lors des séances de psychothérapie ou de coaching… Mais que sait-on au juste de cette « science humaine » déjà décrite par les prêtres égyptiens et les philosophes grecs ? Sur quoi repose-t-elle ? A quoi sert-elle ? Dans un ouvrage complet paru aux éditions Jouvence, »

Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité« , Patrice RAS,consultant formateur depuis 13 ans, explique tout. Pourquoi s’intéresser d’aussi prêt aux traits de ceux qui nous entourent ? « Parce que notre visage est notre meilleure « carte de visite » et que la morphospsychologie est le décodeur de ce langage naturel », explique le spécialiste. D’où l’intérêt d’en connaitre les bases pour mieux comprendre les autres et mieux communiquer avec eux. Mais par où commencer ? Comment s’initier ? C’est une découverte en 6 étapes que nous vous proposons. Prête pour la 1ere leçon ?

Qu’est-ce qu’un visage dilaté ou rétracté ?

Pour la faire simple, la dilatation est le développement d’un volume dans toutes les directions, comme un ballon. Un visage dilaté tend donc à être plutôt rond et ouvert. Quant à la rétractation, c’est le mouvement inverse, un retrait qui produit presque toujours un allongement. Un visage rétracté aura donc tendance à être plus long plus et plus ramassé que large.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques dilatés célèbres : Roselyne Bachelot, Lara Fabian, Liane Foly, Sabine Azéma, Isabelle Boulay et, du côté des hommes, Jean Dujardin, Garard Depardieu, Patrick Timsit ou Gilles Lelouche.

Quelques rétractés célèbres : Michèle Alliot-Marie, Naomi Campbell, Carole Bouquet, Charlotte Rampling et, du côté des hommes, Vincent Lindon, Bernard Arnault, Sean Penn, Bill Gates ou Steve Jobs.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Même s’il faut distinguer des nuances dans les degrés de dilatation ou de rétraction (il y a des dilatés et rétractés « purs » ou « légers »), Patrice Ras définit ainsi les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le dilaté est un extraverti infatigable. Il s’intéresse à tout et recherche surtout les plaisirs et la facilité. Ses qualités sont surtout l’ouverture et la spontanéité. Ses défauts, l’avidité et le conformisme.

- Le rétracté est un introverti hypersensible. Il s’intéresse beaucoup à sa vie intérieure, a besoin de solitude, de recul et de temps. Ses qualités sont généralement la rigueur, la maturité et le contrôle. Ses défauts sont plutôt la froideur, voire la dureté.

Comment distinguer les visages « concentrés » et « réagissants » ?

Dans » Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité » (Jouvence), Patrice RAS, consultant formateur, explique que la concentration est un alliage de dilatation et de rétractation : chez le « concentré », le cadre est dilaté (large), mais les récepteurs sensoriels (yeux, nez, bouche) sont rétractés (petits, en retrait et « concentrés » au milieu du visage). La réactivité, elle, est le contraire de la concentration. Le « réagissant » présente un cadre rétracté (allongé, mince) et des récepteurs sensoriels dilatés (grands, ouverts).

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques concentrés célèbres : Muriel Robin, Juliette, Martine Aubry, Christine Boutin et, du côté des hommes, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Bruce Willis, Sébastien Chabal, Philippe Starck.

Quelques réagissants célèbres : Rachida Dati, Julia Roberts, Nicole Kidman, Audery Tautou,Pénélope Cruz et, du côté des hommes, Gad Elmaleh, Fabrice Luchini, Michel Platini, Jean-Marie Bigard.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Là aussi, même s’il faut distinguer des nuances (il y a des concentrés et réagissants « purs » ou « légers »), Patrice Ras définit ainsi les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le concentré est un « terrien » ! Il s’intéresse en général à son univers et à ses biens. Il a besoin avant tout de sécurité et d’appartenance. Ses qualités sont son côté travailleur, concret et organisé. Ses défauts, la possessivité ou la méfiance, un côté têtu et une certaine lenteur.

- Le réagissant est un « citadin ». Il s’intéresse beaucoup à la nouveauté, à l’insolite. Il a besoin avant tout de changement, de stress, de nouveauté. Il cherche d’abord et avant tout à s’amuser, à séduire et à profiter de la vie. Ses qualités sont la gaieté, la gentillesse et l’adaptabilité. Ses défauts : la superficialité et la dispersion.

En morphopsychologie, le profil compte aussi. Ce qu’il faut regarder ? Son degré d’inclinaison. Explications du morphopsychologue Patrice Ras.

Sous le regard bienveillant de Patrice Ras, auteur de » Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité » (Jouvence), observez donc votre profil. Comment le décrieriez-vous ?

- Un profil rétracté latéral est incliné, en diagonale, aérodynamique avec, souvent, une mâchoire en avant et un petit front.

- Un profil rétracté frontal est (quasi) vertical, redressé, avec souvent un grand front.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques rétractés latéraux célèbres : Ségolène Royal, Nathalie Baye, Fanny Ardant, Amélie Mauresmo, Kate Middleton et, du côté des hommes, Nicolas Sarkosy, Johnny Halliday, Tom Cruise, Bernard Tapie.

Quelques rétractés frontaux célèbres : Catherine Deneuve, Charlotte Gainsourg, Juliette Binoche, Madonna et, du côté des hommes, Aimé Jacquet, Lionel Jospin, Laurent Fabius, Bill Clinton.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

Là encore, Patrice Ras établit des nuances (il y a des latéraux et des frontaux « purs » ou « légers »). Mais il définit les caractéristiques générales des uns et des autres :

- Le rétracté latéral est un fonceur ! Ce qui l’intéresse, c’est ce qui bouge, change, évolue. Voilà pourquoi ce dont il a besoin est avant tout de liberté, d’espace, de projets. Ses qualités : le dynamisme, l’autonomie et la rapidité. Ses défauts : l’instabilité, l’immaturité ou la fuite.

- Le rétracté frontal est un contrôleur ! Ce qui le passionne ? Les faits, les chiffres, l’argent ! D’où son besoin extraordinaire de stabilité et de sécurité : maîtriser les choses, les gens lui est indispensable. Ses qualités sont généralement le sang-froid et l’efficacité. Ses défauts sont assez logiquement la froideur, la lenteur, voire la méfiance.

Qu’est-ce qu’un visage « atone » par rapport à un visage « tonique » ? Les explications de Patrice Ras, morphopsychologue.

Comment savoir si votre visage respire la tonicité ou l’atonie ? Dans son livre paru aux éditions Jouvence,Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité, Patrice RAS, consultant formateur, donne tous les détails pour que rien ne vous échappe. Ce qu’il faut retenir ? La tonicité d’un visage s’exprime par des formes carrées et anguleuses avec des récepteurs sensoriels horizontaux ou montants. L’atonie, à l’inverse, s’exprime par des formes molles, allongées, arrondies (ovales) et des récepteurs sensoriels mous et tombants.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques toniques célèbres : Marion Cottillard, Uma Thurman, Florence Arthaud, Elisabeth Badinter et, du côté des hommes, JDavid Douillet, Jacques Attali, John Malkovich, Jim Carrey.

Quelques atones célèbres : Angela Merkel, Loana, Liv Tyler, Isabelle Adjani, Mylène Farmeret, du côté des hommes,Barack Obama, Jean-Paul Belmondo, Stéphane Bern, Jo-Wilfried Tsonga, Mark Zuckerberg.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

La plupart du temps, les visages ne sont pas de « purs » atones ou de « purs » toniques. Ils peuvent être légèrement atones ou légèrement toniques. Parfois aussi, ils sont « mixtes », c’est-à-dire, un peu les deux. Mais on peut tout de même citer les caractéristiques générales des uns et des autres .

Concrètement, une personne tonique a tendance à vouloir décider, contrôler ou diriger sa vie … voire celle des autres ! Elle a besoin de difficultés, d’obstacles pour se sentir existée. Ses qualités sont son côté décideur, volontaire, combatif. Ses défauts : son aspect agressif, égoïste ou rigide. Inversement, une personne atone a tendance à attendre, suivre, dépendre, voire se laisser porter. D’une certaine manière, on peut même lui prêter une certaine passivité : elle a besoin d’être prise en charge, dirigée et rassurée. Ses qualités vont de la gentillesse à l’altruisme en passant par l’écoute. Ses défauts : son côté indécis, mou, peureux, lent.

Les 3 étages du visage : priorité au corps, au coeur ou à la tête ?

Dans son ouvrage Morphospychologie : le visage miroir de la personnalité, Patrice Ras explique que le corps et le visage comportent trois parties qui se correspondent :

- L’étage instinctif (qui correspond aux jambes) comprend toute la mâchoire jusqu’à la base du nez.

- L’étage relationnel (qui correspond au tronc) concerne toute la zone allant du nez (dans son entier) jusqu’aux sourcils.

- L’étage cérébral (qui correspond à la tête) englobe tout le front, des sourcils à la racine des cheveux.

Pour savoir, quel est l’étage dominant, chez vous ou chez votre interlocuteur, observez celui qui est le plus dilaté (développé en volume) et le plus tonique. Il indique la priorité, consciente ou non, de l’individu.

Besoin d’exemples pour mieux visualiser ?

Quelques « instinctifs » célèbres : Aurélie Filippetti, Isabelle Huppert, Jodie Foster, Laurence Parisot et, du côté des hommes, Dominique Strauss-Kahn, Michael Douglas, Sean Connery ou Jean-Marc Barre.

Quelques « relationnels célèbres » : Hilary Clinton, Nolwen Leroy, Sophie Marceau, Brigitte Bardot, Isabelle Rossellini et, du côté des hommes, Omar Sy, Patrick Breul, Nagui, le Dalaï-Lama ou Woody Allen.

Quelques « cérébraux » célèbres : Christine Ockrent, Amélie Nothom, Elisabeth Badinter, Helen Hunt et, du côté des hommes, Jean-Marc Ayrault, Karl Zéro, Benoît Poolvorde, Bénabar, Steven Spielberg, Fabien Barthez.

Quels sont les points-clés de leur personnalité ?

- L’instinctif privilégie le corps. Pour lui, vivre signifie percevoir des sensations physiques (par le biais de la sexualité, du sport, de la gastronomie…) Voilà pourquoi il ne croit que ce qu’il voit ou, mieux, ce qu’il touche. Ses qualités sont un très haut degré l’énergie, la joie de vivre, la spontanéité, l’authenticité, le naturel. Ses défauts sont à chercher parmi la dépendance, l’avidité ou l’absence de limites. Les métiers qui l’attirent : chef d’entreprise, artisans, sportifs, gestionnaires…

- Le relationnel donne priorité au coeur. Le plus important pour lui : communiquer, échanger des idées, des sentiments. Il a surtout besoin d’aimer, d’être aimé et ne supporte pas l’indifférence. La solitude l’ennuie ou le détruit. Partager des émotions vraies, voilà ce qui le remplit de joie. Ses qualités : une grande gentillesse, beaucoup d’ouverture, une grande tolérance et de la souplesse. Les métiers qui l’attirent : commercial, journaliste, publicitaire…

- Le cérébral ne pense qu’à sa tête. Penser, réfléchir, imaginer, concevoir, apprendre, s’informer, découvrir… Tels sont ces maîtres-mots. Au point qu’il lui arrive parfois de négliger son corps et ses besoins physiques. Ses qualités sont un très haut niveau d’intelligence, sa précision, sa mémoire, son self-control. Ses défauts sont à chercher du côté de l’orgueil et de la volonté de pouvoir. Surtout, il a parfois un complexe de supériorité qui l’entraîne à vouloir dominer ceux qui l’entourent.

Que dit votre coiffure sur vous !

La nature de vos cheveux en dit long sur votre caractère.

Par exemple, les cheveux épais dénotent chez celles qui les possèdent de la volonté, de l’énergie et une forte personnalité difficile à influencer.

Les traits de personnalité pèsent également sur les choix de coiffure, même chez celles qui suivent la mode à la lettre.

Voici quelques exemples d’analyses psychologiques liées aux spécificités capillaires.

La question de la raie est lourde de signification. Les femmes rebelles qui n’apprécient pas se conformer aux règles établies, apprécient placer leur raie à droite.

Inversement, si vous adorez tracer une raie arrondie pour obtenir une coiffure asymétrique c’est que vous êtes une conformiste, vous vous pliez facilement aux règles.

Celles qui aiment bien les raies floues ont généralement eu une adolescence à problème marquée par une mauvaise communication mère fille.

Les préférences sur les longueurs sont loin d’être anodines. Si vous avez une aversion pour les cheveux longs et que vous affectionnez les coupes ultra-courtes, vous versez rarement, voire pas du tout, dans le sentimentalisme.

Mais attention, si raser complètement votre crinière vous tente, cela ne veut pas dire que vous êtes une femme qui n’a pas de cœur. C’est tout le contraire : vous êtes une romantique née. He oui, contre toute attente, celles qui portent des coupes boyish et celles qui ont les cheveux rasés n’ont manifestement pas grand-chose en commun au niveau affectif !

On termine avec les cheveux bouclés et wavy, grande tendance du moment. Entre toutes les coiffures à la mode, vous avez décidé d’opter pour des boucles et des ondulations ? C’est tout simplement parce que vous aimez vous amuser !

Morphopsychologie
Morphopsychologie
Morphopsychologie

Partager cet article

Repost 0

Je vis en couple mais je me sens seule… Pourquoi ?

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Voila, un article que j'ai trouvé sur Marie-France, j'aimerai avoir des commentaires, alors n'hésitez pas :

Lorsqu’on se choisit, on y croit dur comme fer : on s’aimera à jamais en dépit de tous les aléas. Pourtant, au fil des années, un étrange phénomène apparaît : un sentiment de solitude. Un signe de désamour annonçant le début de la fin ? Pas forcément

C’est un constat douloureux qui donnerait presque envie de pleurer et de jeter l’éponge. Une épreuve qui broie le cœur au fil du temps, insidieusement. Un jour, on le regarde, on se regarde et l’on remarque que plus rien n’est comme avant. Avant quoi ? Difficile à dire. Avant qu’il nous déçoive ou que l’on se détache. Avant que ne surgisse, entre lui et nous, cet étrange sentiment de solitude. Cette impression d’être fondamentalement seule malgré la vie à deux. De ne plus être comprise, entendue, soutenue… Cinq ans, dix ans, vingt ans d’un quotidien commun à s’aimer contre vents et marées et, cette fois, le doute s’installe. Comment en est-on arrivés là, si loin et si proches à la fois ? Ensemble, séparément…

Dans son livre* consacré au sujet, Christophe Fauré, décrit symptôme par symptôme ce redoutable malaise qui, à un moment donné, gagne presque toutes les femmes (et certains hommes) vivant en couple. « Une fois sorti de l’écran de fumée de la fusion amoureuse, il est quasi inéluctable de se sentir déconnecté, d’éprouver ce sentiment de « solitude-isolement » face à son (sa) partenaire», explique le spécialiste. D’où vient-il et à qui la faute ? Pour le psychiatre, pas question d’accuser la routine dans ce péril conjugal. Ce sont plutôt nos attentes qu’il faut interroger. « La vérité est que nous avons tous tendance à surinvestir notre relation sur la base de nos espoirs et de nos illusions, assure-t-il. Sans même nous en rendre compte, nous attendons de la vie à deux ce qu’elle ne peut pas fournir : fusion, sécurité émotionnelle, identité, réparation… Résultat : les attentes frustrées de chacun deviennent les points d’ancrage d’un mécontentement de fond. Du coup, nous nous énervons, nous perdons patience, nous revendiquons ce que nous estimons être notre dû… et le lien d’amour s’écorne au fil du temps ».

Mais pas d’affolement. Christophe Fauré est même plutôt optimiste face à cet égarement. Selon lui, quand ce type de difficultés se présente, c’est que l’amour n’a pas tout à fait fui, justement. « Si j’éprouve ce douloureux sentiment, c’est que je suis en manque de quelque chose. Or, le manque révèle toujours un désir, en l’occurrence celui de restaurer une certaine complicité avec mon partenaire. Et s’il y a désir, cela signifie qu’il reste encore des braises et donc un peu d’espoir». Alors comment rétablir l’harmonie et préserver ce qui a été construit quand on a presque oublié pourquoi on s’est choisi ? En s’engageant, jour après jour, dans un travail d’amour. Lire la suite.

Publié dans Psycho

Partager cet article

Repost 0

Hommes : comment peuvent-ils aimer et tromper à la fois ?

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Pourquoi les hommes sont-ils infidèles ? Comment peuvent-ils aduler et trahir ? Forte de son expérience de femme et de psychologue, Maryse Vaillant avait répondu à Marie France avant de disparaître. Et, comme toujours, ses réponses valaient le détour. Prêtes à encaisser la vérité ?

marie france : Selon vous, il est plus facile d’être une femme fidèle que d’être un homme fidèle. Pourquoi ?

Maryse Vaillant* : Contrairement à nous qui résistons souvent à la tentation de l’adultère du fait de notre construction psychologique et de notre éducation, la fidélité est un défi pour les hommes. La raison tient au fait que, même s’ils essaient de rester dans le rang, ils sont si souvent habités par la crainte de ne pas être viril qu’ils ont du mal à se calmer. C’est un peu comme s’ils avaient en permanence besoin de se rassurer.

Estimer que les femmes sont « naturellement » fidèles, n’est-ce pas un peu simpliste ?

Je suis persuadée qu’il y a dans le mot « femme » et dans le mot « fidélité » une espèce d’accord implicite, une harmonie secrète. J’assume d’autant plus ce discours que, issue de la génération soixante-huitarde, j’ai moi-même voulu goûter à la liberté des hommes en privilégiant très longtemps le désir. Mais c’est un fait, et ma pratique clinique me le confirme : alors que les femmes ont du mal à tromper, notamment par culpabilité, les hommes, eux, ont souvent du mal à se satisfaire d’une seule femme.

À quoi est dû ce besoin d’infidélité ?

Il tient à deux raisons: la spécificité de leur construction identitaire et le parcours de vie de propre à chacun. Entre donc en jeu une histoire de « genre » – c’est-à-dire un rapport particulier au désir et à la peur de la castration - qui amène nombre d’entre eux à s’imaginer que « les vrais hommes ne s’attachent pas et ne sont jamais dépendants ». Mais aussi l’histoire personnelle de chacun, à savoir le lien établi avec la mère, le père, les bandes de copains… Ainsi, il n’est pas rare que, s’étant sentis soumis ou humiliés durant l’enfance ou l’adolescence, certains tentent, à l’âge adulte, de se s’approprier une virilité en collectionnant les aventures.

Rester fidèle est donc un défi pour chacun d’entre eux ?

Je crois que les hommes peuvent être fidèles sur le tard, lorsqu’ils sont devenus vraiment eux-mêmes, qu’ils se connaissent bien et ne cherchent plus à démontrer quoi que ce soit. Mais tant qu’ils sont habités par la peur de perdre, le besoin de paraître ou d’être devancés par les autres mâles, cela leur est extrêmement difficile.

Les hommes d’aujourd’hui sont-ils moins fidèles que ne l’étaient nos pères ?

Non. Les hommes ont toujours trompé leur femme plus ou moins discrètement et ils continuent de la même façon. Idem en ce qui concerne la manière dont ils vivent l’adultère : il y a toujours ceux qui sont malades comme des bêtes parce qu’ils ont trompé leur femme une fois. Et ceux qui trompent à tour de bras sans éprouver la moindre culpabilité… Si l’évolution des mœurs a joué un rôle dans les histoires d’adultère, c’est surtout à la faveur des femmes. Elles s’autorisent désormais un peu plus à passer à l’acte quand, dans le passé, elles se contentaient de tromper en pensées…

Vous distinguez, deux catégories d’hommes adultères. Le premier est le monogame infidèle. Qui est-il ?

Il s’agit évidemment d’une caricature, mais il n’en reste pas moins que cette figure est assez représentative de la manière dont certains hommes vivent l’infidélité. Le monogame infidèle apparaît souvent comme un époux parfait pour son entourage. Et pour cause : il se dit amoureux de sa femme et, malgré ses aventures extraconjugales chroniques, penser au divorce est pour lui inenvisageable. Mais s’il considère le mariage comme un pacte social et généalogique fondamental, il est aussi intimement persuadé qu’avoir des liaisons est de l’ordre du normal. Non parce qu’il s’ennuie. Juste parce qu’il est nécessaire d’« agrémenter » son ordinaire pour pérenniser son couple.

Et qui est le « polygame fidèle »?

Son cas est à l’opposé du précédent. Ni dragueur, ni volage, ce n’est pas un mari qui a peur de s’engager, ni de tenir sa parole. Son problème : c’est un homme qui aime l’amour et quand il aime une femme, il peut s’éprendre d’une autre tout en continuant d’aimer la première. Il s’agit donc d’un homme à fidélités multiples.

Il peut donc aimer et tromper à la fois…

Effectivement. Il ne trompe pas parce qu’il a cessé d’aimer ou parce qu’il est insatisfait. Sa polygamie est, au contraire, le résultat de son besoin d’aimer. Quant à son incapacité à quitter, elle est le signe de sa peur de rompre.

À vous lire, si la fidélité est une exception, elle est aussi très souvent pathologique…

Disons que je me méfie des fidélités contraintes, c’est-à-dire des hommes qui ne trompent pas parce qu’ils sont captifs de leur histoire familiale, de leur structure et de leur caractère. Ainsi, certains parlent de la fidélité comme d’une éthique. Or, refouler sa libido et ses pulsions parce qu’on est pris dans un carcan moral est à l’origine de bien des violences et névroses : le « devoir » a conduit, et conduit encore, de nombreux hommes à exprimer leur souffrance de manière sournoise ou, au contraire, à s’enfermer progressivement dans la dépression…

N’y a-t-il donc pas de fidèles heureux ?

La fidélité n’est pas toujours un symptôme et il existe évidemment des hommes fidèles par amour. Pour eux, rester loyaux à leur femme n’est pas de l’ordre de l’injonction mais plutôt de l’idéal, de l’art de vivre… Mais je dirais que ceux-ci sont presque toujours des hommes mûrs.

Votre livre s’achève sur un constat surprenant : les femmes ne seraient jamais les uniques responsables de l’infidélité de leur conjoint. Qu’elles soient tendres et sensuelles ne changerait rien…

Si les femmes pouvaient être capables de ne pas se sentir responsables et coupables de toute la sphère affective qui les entoure – qu’il s’agisse de l’amour de leur compagnon, de leurs enfants, de leurs parents… -, cela soulagerait énormément leur existence. Il est donc essentiel que chacune comprenne qu’être un homme n’est pas simple. Reposant sur la peur de ne pas être à la hauteur, la construction identitaire masculine est, en effet, une longue série d’épreuves. Pas étonnant, dès lors, que beaucoup d’entre eux, confondant masculinité et virilité, soient dans l’impossibilité de renoncer à la liberté de séduire. La disponibilité sexuelle devient alors la seule issue pour ceux que taraude la crainte de la castration… Que l’on cesse donc de s’inquiéter : on peut être bonne mère, bonne épouse, bonne amante et être cocue sans que cela signifie que l’on ne nous aime pas.

Propos recueillis par Stéphanie Torre

* Maryse Vaillant, décédée en 2013, est l’auteure de « Les hommes, l’amour, la fidélité » (Albin Michel)

Résumé du livre : Pourquoi un homme peut-il tromper la femme qu’il aime, et aimer celle qu’il trompe ? Pourquoi certains maris adultères ne quitteront-ils jamais leur épouse ? En quoi est-il difficile à certains amants d’être monogames et sincères ? Maryse Vaillant, psychologue clinicienne, aborde très librement un débat encore tabou. Car reconnaître que les hommes et les femmes n’ont pas la même approche des rapports amoureux revient à accepter qu’ils aient des points de vue différents sur la fidélité et l’infidélité. Ainsi, à travers l’analyse des principales formes de mensonge amoureux masculin, l’auteur nous invite à réfléchir sur les rôles forgés par la société et dont les limites nous emprisonnent, hommes comme femmes.

Publié dans Psycho

Partager cet article

Repost 0

Décryptage de nos attitudes

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Besoin d'un atelier en étude de vos comportements, pour un entretien d'embauche par exemple, contactez moi aux ateliersdubienetre@hotmail.fr

Langage du corps...

La communication avec les autres ne fait pas juste avec votre voix... mais aussi avec l'énergie de votre corps...

L'extérieur du corps est le reflet des pensées qui l'habitent...

Prenez soin du langage de votre corps...

Notre sourire est bavard

Forcés ou spontanés, « sociaux », figés ou sincères, sourires et muscles trahissent nos arrière-pensées. Décodage pour démêler le vrai du faux… en jouant des zygomatiques.

Se forcer à sourire jusqu’aux oreilles, on le fait toutes, certains jours, pour aller de l’avant ou donner le change. Très « never explain, never complain » (« ne jamais s’expliquer, ne jamais se plaindre », ndlr). Mais bon, est-ce que cela se voit si l’on manque de conviction, voire de sincérité ? Sébastien Bohler, chercheur en psychologie cognitive et docteur en neurobiologie, auteur de Quand vos gestes parlent pour vous (Dunod), a fait le tri de nos sourires. Bon à savoir avant d’articuler « cheese » ou « ouistiti ».

On ne sourit bien qu’avec le cœur et la bouche :

Faux. Dès 1862, le physiologiste Duchenne de Boulogne avait remarqué qu’un sourire authentique mobilise non seulement les muscles zygomatiques et les coins de la bouche, mais également les muscles orbiculaires (qui entourent le coin de l’œil). Une intuition confirmée par trois chercheurs qui ont filmé des femmes en train de visionner des films gais ou tristes. Conclusion : observez les yeux de la personne
qui vous sourit pour connaître son degré de sincérité car on ne peut pas commander ses muscles orbiculaires. Si elle plisse les yeux, c’est bon signe… Bonus : les « pattes d’oie » révéleraient « un tempérament heureux » selon Sébastien Bohler.

Un sourire éclatant est… trop beau pour être honnête :

Vrai. Quatre chercheurs ont filmé des femmes auxquelles ils ont demandé de sourire sur commande. Résultat : quand on se force, on a tendance à relever beaucoup plus vite et plus haut les coins de la bouche,
qui « sautent » plus mécaniquement. Ils retombent aussi plus vite qu’un sourire sincère. Une autre équipe a d’ailleurs montré qu’on a tendance à faire davantage confiance lors d’un entretien d’embauche à une personne dont le sourire est moins éclatant et instantané, mais plus progressif. Et plus authentique.

Un égoïste ne sourit jamais :

Ni vrai, ni faux. Deux chercheurs ont, par questionnaire, établi le niveau global d’altruisme de leurs cobayes, puis leur ont alloué une somme d’argent à répartir entre eux et une personne de leur choix, avant de les filmer en train de se présenter. Résultat : les sondés les moins altruistes et généreux sourient moins souvent et contractent moins, voire pas du tout, leurs muscles orbiculaires. Et curieusement, ils ont tendance à sourire d’un seul côté de la bouche (le droit) ! Explication de ce sourire « tordu » : l’hémisphère droit du cerveau (siège de nos émotions) commandant la partie gauche du visage, les deux coins de la bouche se soulèvent… si on est sincère. « Sinon, note Sébastien Bohler, seul le coin droit, sous contrôle de la volonté, remonte ».

Les battants ont toujours le sourire

Tout dépend de leur sexe. Les femmes à personnalité dominatrice sourient moins, peut-être parce qu’elles ne cherchent pas à être conciliantes et sont plus tournées vers les rapports de force. C’est ce qu’on constaté trois chercheurs qui ont fait faire des jeux de rôle à deux groupes. Les hommes étaient aussi souriants dans un rôle de dominant que de dominé, mais les femmes ayant voulu être « chef » souriaient moitié moins ! Comme celles contraintes au rôle d’assistante…

Que cachent nos gestes «doudous» ?

Pour se rassurer, les petits ont leur doudou. Les grands, eux, touchent souvent une partie de leur corps. Un geste d’autocontact qui n’est pas que réconfortant.

Nos gestes quotidiens d’autocontact le confirment :

Se toucher, se masser, se gratter… c’est la manière la plus simple de se rassurer soi-même et de se déstresser. Ces manies, apparemment anodines, sont parfois comparées à celles des singes observés par les primatologues : en situation de stress, ils se grattent plus vigoureusement.

Nos gestes d’ancrage quand les mains « s’accrochent » aux chevilles, à la nuque… ont le même objectif, celui de nous protéger d’un sentiment d’insécurité réel ou supposé. À notre corps défendant, ils racontent le besoin, « comme un rituel “magique”, de s’agripper pour ne pas tomber dans le trou creusé par l’angoisse », résume Joseph Messinger*, psychologue, spécialiste de communication non verbale.

*Auteur, notamment, de Les Gestes de la manipulation pour les nuls (First Éditions).

Je me triture le cou :

Se pincer la peau du cou ou le masser légèrement de la main permet de calmer un peu sa tension en baissant le taux d’excitation du nerf vague et en diminuant son rythme cardiaque.

Je superpose mes mains sur ma gorge :

En plus de la crainte, cette attitude peut aussi révéler un tempérament de nature superstitieuse.

Je suce ou mordille mes doigts :

Ce réflexe anxiolytique – également pratiqué par les primates et les lémuriens – renvoie à celui, inné, du bébé, qui suce déjà son pouce in utero. Un comportement similaire, en apparence “moins régressif”, consiste à glisser son pouce sous les autres doigts et à fermer son poing, explique le psychologue Marco Pacori*.

*Auteur de Le Langage secret du corps (Ideo).

Je me caresse le visage ou les bras tout en parlant :


L’autocaresse n’est pas forcément le symptôme gestuel d’une carence affective, mais plutôt le signe d’une marque d’estime de soi, de créativité et de notre aptitude à aimer. Elle peut d’ailleurs être interprétée chez une femme comme un signal d’ouverture et d’intérêt, expliquait Joseph Messinger, surtout si notre interlocuteur nous plaît…

Je joins mes mains dans mon dos :

Cet auto-enlacement trahit le besoin d’un bras extérieur ou ami pour nous entourer.

Je croise mes bras et mes pieds les uns sur les autres :

C’est un geste, a priori, défensif. Et un signe de prudence quand les bras ne sont pas pressés trop hauts sur la poitrine, et les coudes pas trop près du corps. Mais il exprime surtout notre nervosité ou notre anxiété, quand on garde les coudes bien serrés au corps. Cet autocontact devient alors une façon inconsciente de « s’embrasser soi-même pour se sentir mieux », note Marco Pacori. Il peut également signifier le désir inconscient de protéger symboliquement sa poitrine, liée à la confiance et à l’estime de soi, observait Joseph Messinger.

J’agrippe mes avant-bras, mes épaules, mes coudes…

Ce réflexe d’ancrage névralgique, s’il est récurrent, trahit, lui aussi, de l’émotivité et une peur de l’échec, voire une certaine frilosité face à l’adversité. À éviter absolument dans la vie professionnelle…

Partager cet article

Repost 0

Conseils pour réussir sa vie

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

VISUALISEZ UNE JOURNEE REUSSIE

Imaginez que vous connaissiez du succès dans tout ce que vous vivez aujourd'hui.

Voyez-vous en train de sourire et d'avoir du plaisir en constatant que tout va comme vous le voulez.
Ressentez l'enthousiasme et la joie qui vous habitent, alors que toutes les portes s'ouvrent devant vous, et sachez que les autres sont inspirés de vous voir réussir.

Visualisez-vous en train de vivre une journée des plus gratifiantes.
Vos attentes positives sont comme des graines plantées en votre faveur, qui deviendront par la suite des expériences encourageantes.

PENSEE DU JOUR :

Je réussis tout ce que j'entreprends, et j'apprends de toutes mes expériences.
Les gens m'apprécient et me respectent, parce que j'accorde de la valeur à ce que je suis et que je me sens bien dans ma peau.

Je ne cours aucun danger lorsque je m'épanouis, et j'autorise mon être à le faire.
Je mérite les bienfaits qui me sont données, comme tout être, et quand j'obtiens du succès, tout le monde fait de même.

10 leçons à retenir d’Albert Einstein:

1 – Soyez Curieux : c’est en cherchant à comprendre, en voulant apprendre… que vous devenez un expert, que vous trouvez de nouvelles solut
ions.

2 – Soyez Persévérant : il ne faut pas abandonner au premier obstacle, au premier refus.

3 – Soyez concentré sur votre but principal : en courant plusieurs lièvres à la fois vous diminuez votre puissance et vous devez dépenser plus d’énergie.

4 – Soyez imaginatif : le pouvoir dans le futur ne sera pas la connaissance, mais l’imagination et la capacité à casser les schémas traditionnels.

5 – Apprenez de vos Erreurs : tirez des leçons de ce que vous avez appris pour ne plus faire la même erreur, aller plus vite, automatiser.

6 – Ne vivez pas dans le passé ou le futur, vivez dans le présent pour donner le meilleur de vous maintenant.

8 – Sortez des schémas traditionnels : si vous n’essayez pas des choses différentes vous resterez noyé dans la m
asse.

9 – Essayez et testez, l’expérience s’acquiert via les essais et erreurs.

10 – Apprenez les règles du jeu pour vous en servir pour aller plus vite et plus loin.

Publié dans Coach de vie

Partager cet article

Repost 0

Encore amoureux(se) ou pas ? comment savoir ?

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

10 signes qui prouvent que vous n’êtes plus amoureux


Cela fait un moment que vous êtes en couple, vous vous entendez bien et passez du bon temps ensemble mais la flamme n’est plus là et vous commencez à vous demander si votre amour n’est pas en train de s’essouffler. Dix signes qui prouvent que vous n’êtes sans doute plus amoureux.

Votre partenaire vous agace
Avant, il y avait des choses auxquelles vous n’accordiez aucune importance auparavant ou qui même vous amusaient… mais ça, c’était avant puisque maintenant, vous ne les supportez. Ce petit bruit qu’il ou elle fait en mangeant, cette blague qu’il ou elle raconte toujours, sa façon de suspendre la pomme de douche… Peu importe, tout ce qu’il ou elle fait, vous énerve au plus au point !

Chaque fois que vous froncez les sourcils en voyant ses mimiques et ses façons de faire, demandez-vous si c’est vraiment important, et combien cet acte "désagréable" affecte votre vie. Si les moments où il ou elle vous agace se multiplient, pas de doute, c’est un signe!

Votre partenaire n’est plus une priorité
Passer du temps avec votre partenaire vous ennuie ? Si, à chaque fois, vous pensez avoir mieux à faire que de partager du temps avec elle ou lui, c’est mauvais signe.

Il ne s’agit pas non plus de passer 24h/24 collés l’un à l’autre mais vous vous apercevez que quand vous étiez amoureux(se), votre moitié passait toujours avant le reste. Si maintenant, vous préférez passer plus de temps au travail plutôt que de rentrer à la maison, voilà un signe que l’amour s’épuise.

Vous ne pensez qu’à vous
L’empathie disparaît avec l’amour. Si avant, vous vous préoccupiez du bonheur de votre partenaire, vous intéressiez à son développement personnel/professionnel, étiez rempli de petites attentions envers lui…et que maintenant vous faites toujours passer avant vos propres intérêts, cela s’appelle de l’égoïsme, et à forte dose, ce vilain défaut peut détruire la plus belle des relations.

Les disputes ne vous inquiètent plus
Personne n’aime se disputer, mais alors qu’auparavant la moindre dispute vous affectait et vous amenait à vous poser des questions sur l’impact qu’elle aurait sur votre relation, maintenant les disputes, c’est tous les jours et vous n’avez même plus envie de tout arranger.

Vous ne faites plus l’effort de trouver un accord et vous allez même jusqu’à provoquer la dispute pour vous donner encore plus de raisons que votre relation va mal.

Il ou elle ne vous manque plus
Vous passez de moins en moins de temps ensemble et préférez les moments en solitaire. Pourquoi rester aussi tard au bureau ? Parce que, seul(e), vous vous sentez mieux, chose que vous ne ressentiez pas auparavant ! Vous cherchez continuellement à passer des moments sans elle ou lui et passez plusieurs jours sans vous voir et sans ressentir le moindre manque.

Vous pensez mériter mieux
Même si vous passez de supers moments ensemble, quelque chose vous dit que vous pourriez être avec une personne plus attirante, plus intelligente et plus drôle. Soyez honnête avec vous-même et demandez-vous si vous pensez mériter mieux et si vous pensez que votre partenaire a eu une chance incroyable le jour où il ou elle vous a rencontré. Si vous en venez même à vous dire que vous faites une bonne action en restant avec elle ou lui, pensez-vous vraiment qu’il s’agisse d’amour ?


Vous allez voir ailleurs
Il y a une différence entre rencontrer par hasard une personne qui vous attire et vous amène à être infidèle et vouloir trouver quelqu’un pour tromper votre partenaire. Si dans la rue, vous vous retournez sur pas mal d’hommes ou de femmes ou si vous avez déjà demander à des proches s’ils connaissaient quelqu’un de célibataire pour vous…voilà un signe clair que vous ne vous considérez plus en couple et cherchez une issue de secours.


Vous ne reconnaissez plus l’être aimé
Vous n’arrivez plus à vous rappeler ce qui vous a attiré chez votre partenaire. D’après vous, il aurait changé ou bien c’est vous qui n’aimez plus les mêmes choses. Le fait est que vous ne retrouvez plus rien d’attirant chez votre partenaire et parfois même, vous vous dites que vous ne le ou la reconnaissez plus et que cette personne n’est pas celle dont vous êtes tombé amoureux(se).


Vous refusez le contact physique
Vous ne sortez plus vous balader main dans la main, vous êtes gêné pendant les étreintes et l’embrasser relève d’un effort considérable pour vous. Ne parlons même pas de sexe, vous avez cessé de fantasmer sur votre partenaire il y a déjà bien longtemps et réaliser ces fantasmes ne vous excite même plus. Cela arrive plus souvent chez les femmes pour qui le sexe est toujours lié à l’affect, mais ce ressenti est tout à fait normal dans une crise de couple.


Plus de respect
Un des principes fondamentaux dans un couple qui s’aime c’est le respect mutuel. S’il vous ait déjà arrivé de penser que votre partenaire ne vaut rien, si l’humilier ou le mettre dans l’embarras devant d’autres personnes ne vous fait ni chaud ni froid, ou si vous considérez qu’il ou elle fait tout de travers, vous n’êtes clairement plus amoureux(se), c’est un signe plus qu’équivoque.

QUELLES SONT LES 5 PHASES DÉLICATES DE LA VIE D’UN COUPLE ?

le 20/02/2014 à 15:28PSYCHO

Une histoire d’amour se construit autour de cinq périodes-clés susceptibles d’engendrer des conflits, selon la psychothérapeute clinicienne Isabelle Tilmant, auteur de « Rester amoureux : l’art de réinventer son couple ».

1. La rencontre :

Points positifs : de l’enthousiasme, de l’énergie… on cultive le plaisir d’être ensemble, on a l’impression de se comprendre, de partager les mêmes goûts, on s’intéresse à l’autre. « Une relation débutant sous des auspices plus calmes a autant de chances de se poursuivre ; tout dépend de ce qui est recherché et de ce qui se construit par la suite », rassure la psychothérapeute.

Le passage délicat : celui du désenchantement. Les leurres apparaissent et on peut s’apercevoir qu’on a projeté nos rêves au lieu d’apprécier réellement l’autre. Cette étape est néanmoins nécessaire pour souder le couple autour de ce qui fait sa richesse : les différences individuelles.

2. l’engagement :

Points positifs : on dort plus souvent l’un chez l’autre, on partage des sorties entre amis, on commence à parler appartement, mariage, enfants… On sent que l’on commence à appartenir à une entité : le couple.

Le passage délicat : plus on se connaît, plus les défauts surgissent. On est aussi tiraillé entre la vie de célibataire, qui a ses avantages, et la vie à deux. On alterne complicité et rivalité quasi fraternelle. De même, chacun a tendance a imiter le fonctionnement relationnel de ses propres parents… pour le meilleur ou pour le pire !

3. Les projets en cours :

Points positifs : activités communes, voyages, premier enfant qui change le statut du couple en entité familiale… On s’habitue à l’autre et le lien prend la forme d’un attachement solide et rassurant.

Le passage délicat : la réalisation des projets s’accompagne de stress dû aux tâches qui se multiplient. Pour tout concilier, le temps à deux s’amenuise ou se limite aux besognes. La relation peut s’essouffler un peu, la sexualité être moins épanouissante tandis que les critiques s’intensifient. C’est alors que l’herbe peut paraître plus verte ailleurs, l’un des partenaires ayant envie de changement avant l’autre. On peut aussi penser que l’on se connaît tellement bien qu’il n’est pas nécessaire de se parler pour se comprendre. Attention : danger !

4. Les projets concrétisés :

Points positifs : les enfants ont grandi, la situation financière du couple est plus stable… Tout roule ! La vie quotidienne est bien rodée. On se laisse porter comme on fait une croisière agréable sur un long fleuve tranquille.

Le passage délicat : ce calme peut laisser une sensation de vide. Les objectifs de vie ont été atteints : boulot, mariage, enfants… Mission accomplie ! « Et maintenant, que vais-je faire ? », se demande au moins l’un des partenaires. Dépression ou démon de midi, on a besoin de faire le point. Et d’élaborer ensemble de nouveaux projets.

5. Les nouveaux projets :

Points positifs : Pour Isabelle Tilmant, ces objectifs sont « des enfants symboliques ». Concrètement, il peut s’agir de s’investir en tant que grands-parents, de réaliser les voyages de ses rêves, de se lancer dans le bénévolat ou de prendre des cours de salsa. Ces buts inédits donnent du sens à la vie de couple qui prend alors un nouveau départ.

Le passage délicat : envisager ces projets peut mettre en relief que l’on s’est plus investi dans son travail ou sa famille que dans son couple. Partager plus de temps ensemble à l’âge de la retraite et retrouver une intimité de couple peut aussi engendrer une certaine gêne. Pour ne pas divorcer à 65 ans, dialoguez encore, en vous demandant mutuellement ce qui vous rend vraiment heureux.

COMMENT SAVOIR SI ON EST AMOUREUX ?

le 05/03/2014 à 10:26PSYCHO

S’agit-il d’un coup de foudre furtif ? D’une envie purement physique ? D’une attirance intellectuelle qui n’ira pas très loin ? Il est parfois difficile de faire le tri entre le sentiment amoureux et le désir. Voici les signes de l’amour. Faites le point !

Vous éprouvez des sensations intenses :

Physiques et émotionnelles, vous ne savez plus où vous en êtes !Le cœur bat plus vite à sa pensée, l’idée de (lui) faire l’amour vous met en transe, le besoin d’être avec l’autre est permanent. De façon générale, vous avez beaucoup de mal à vous concentrer sur autre chose.

Vous l’idéalisez :

Rien de ce qu’on pourra dire n’altérera votre jugement. Chez elle (ou lui), tout est parfait ! Vous glissez sans vous attarder sur quelques petits défauts que vous avez remarqués pour vous concentrer sur le reste. Vous enregistrez le moindre de ses mots gentils, appréciez le geste le plus anodin, craquez sur ses tics (que vous trouverez certainement insupportable un an plus tard), trouvez toutes les excuses à ses tocs. Bref, vous n’avez plus aucun recul.

Vous changez :

Désirant lui plaire par-dessus tout, vous adoptez des habitudes radicalement différentes des vôtres. Vous êtes capable de manger ce que vous n’aimez pas, avoir des activités que vous détestez, regardez des programmes que vous boycottiez. Même votre look a évolué. Plus gai, plus original, plus osé !

Vous êtes fragile :

Une petite friction et votre monde s’effondre ! Un coup de fil qui n’arrive pas et vous êtes au bord du suicide. Quelques heures d’absence inexpliquées et la jalousie vous tenaille, alors que vous êtes habituellement d’une grande tolérance. L’état amoureux, ce n’est pas que du bonheur…

Vous êtes cool :

Cela n’a rien de paradoxal avec l’état précédent. Si les conflits avec l’être qui vous chavire le cœur vous mettent dans des états d’angoisse épouvantables, ce n’est pas le cas du reste. Le monde peut bien s’écrouler, votre boss vous dire que vous vous relâchez, vous relativisez les mauvaises nouvelles et les alertes. Exit les rabat-joie !

Vous rayonnez :

Tout le monde le sait. L’amour se lit d’abord sur le visage, et l’élu de votre cœur n’est pas le seul à en profiter. On vous fait des compliments, on vous trouve différent(e), on apprécie votre compagnie, et on vous drague !

Publié dans Psycho

Partager cet article

Repost 0

Les soins visage "fait maison"

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Ces agrumes qui prennent soin de votre peau
 
 
 
 

~~Eau de rose : recette de beauté pour la peau eau de rose

Comment faire soi-même son eau de rose ?

L’eau de rose purifie et tonifie la peau, elle est très souvent utilisée dans la réalisation de soins naturels. Cette recette de beauté est adaptée aussi bien pour la peau sèche que pour la peau grasse. C’est un soin aussi parfait pour hydrater votre visage !

Recette de l’eau de rose

1.Portez l’eau à ébullition.

2.Hors du feu, jetez-y les pétales de rose.

3.Laissez macérer pendant 48 h à l’abri de la lumière et de la chaleur.

4.Filtrez, puis versez l’eau dans votre flacon.

5.Utilisez votre eau de rose maison pour nettoyer et purifier votre peau.

Ingrédients 200 g de pétales de rose non traitées 50 cl d’eau minérale

Équipement Un flacon hermétique stérilisé Un entonnoir Une passoire

Les conseils de nos grands-mères L’eau de rose se conserve pendant 6 mois maximum au réfrigérateur.

MASQUES A FAIRE CHEZ SOI. •Masque dépuratif (pour purifier la peau) Vingt-cinq grammes de levure, et un fond de verre d'eau pour la délayer. Laissez-la gonfler pendant trente minutes, dans un endroit chaud. Lorsqu'elle est gonflée, ajoutez une cuillerée de miel liquide, une cuillerée d'argile verte et un demi-yaourt nature. Bien mélanger le tout, et appliquer le masque avec les doigts. Laissez en place de huit à dix minutes, rincez à l'eau tiède et tamponnez votre visage avec de l'eau de rose pour resserrer les pores. •Masque pour blanchir la peau Écrasez bien quelques rondelles de concombres (débarrassée de leur peau) et mélangez avec du lait frais, en formant une purée que vous appliquerez sur le visage pendant vingt minutes. •Masque adoucissant Faites fondre un petit morceau de saindoux très frais; une fois fondu et encore tiède, ajoutez une trentaine de gouttes de teinture de benjoin. Mélangez et appliquez pendant vingt-cinq minutes. Excellent pour les visages qui ont souffert du froid et du vent. •Masque pour affiner le grain de peau Appliquez sur le visage un peu de très bon miel liquide, additionné de quelques gouttes de jus de citron. Gardez pendant vingt minutes et enlevez à l'eau tiède (pour toutes les peaux). •Masque revivifiant (pour peaux ternes) Prenez quelques fraises bien mûres, écrasez-les et mélangez avec une cuillère à soupe d'huile de maïs (ou d'amande douce). Mettez cette "bouillie" entre deux compresses de gaze et gardez sur le visage pendant trente minutes. Enlevez avec du lait frais et tiède. •Masque détergent Mélangez un jaune œuf bien frais avec une cuillerée à soupe d'huile d'olive et quelques gouttes de jus de citron. Appliquez sur le visage, et gardez pendant vingt minutes au moins. Ôtez avec de l'eau tiède, et terminez en tamponnant avec de l'eau de rose. •Masque pour resserrer les pores Mélangez un sachet de levure à pâtisserie avec un jaune œuf frais et une cuillerée d'huile d'olive. Etendez la pâte onctueuse ainsi obtenue, et gardez pendant vingt-cinq minutes. Enlevez à l'eau tiède. (Pour les peaux sèches principalement). • Masque reposant et tonifiant Faire une pâte en mélangeant bien de grosses cuillerées de levure de bière, avec un peu d'eau de rose. Gardez vingt-cinq minutes. (Convient à toutes les peaux) •Masque pour peaux huileuses Mélangez deux bonne cuillerées d'argile fine (appelée aussi : "terre à foulon") avec une petite quantité d'eau tiède, de manière à former une pâte épaisse. Gardez vingt minutes, enlevez à l'eau chaude (mais pas trop). Terminez en lotionnant avec un peu d'eau de rose additionnée de quelques gouttes de teinture de benjoin. •Masque pour peaux irritées Mélangez deux cuillerées de fine farine avec un peu de lait cru; gardez pendant quinze minutes; ôtez à l'eau tiède, et terminez en lotionnant à l'eau de rose. •Masque astringent pour pores dilatés Appliquez tel quel un blanc œuf frais, cru et battu. Gardez vingt bonnes minutes et enlevez à l'eau tiède. La peau se trouvera comme "repassée". (A conseiller pour être très vite en beauté avant une soirée). •Masque pour les nez luisants L'axonge pure (en pharmacie) est excellente pour le nez qui a tendance à briller. Gardez trente minutes. •Masque pour toutes les peaux Mélangez de la levure de bière avec un peu d'eau de rose. Gardez cette pâte pendant vingt minutes. Enlevez à l'eau tiède. •Masque pour retendre la peau Mélangez deux cuillerées de farine de maïs à un blanc œuf battu de manière à former une pâte épaisse. Appliquez et gardez pendant vingt minutes. Dès que la peau "tire" un peu, rincez avec de l'eau tiède. •Masque anti-tâches de rousseur Exprimez le jus de quelques grosses fraises bien mûres à travers une passoire. Bien mélanger ce jus avec un blanc œuf battu en neige. 10 gouttes de teinture de benjoin et 15 gouttes d'eau de rose. Gardez la crème ainsi obtenue sur le visage, pendant trente minutes. Enlevez à l'eau tiède additionnée de quelques gouttes de teinture de benjoin. •Masque pour les yeux bouffis par la fatigue : préparez une infusion assez forte de fleurs de camomille. Une fois celle-ci refroidie, imbibez-en 2 compresses que vous appliquerez sur vos yeux pendant 15 minutes. •Masque rajeunissant (d'après une recette très ancienne) Mélangez 100 g de bœuf haché fin, avec une cuillerée à dessert d'huile d'olive et un blanc œuf bien battu. Appliquez sur le visage et gardez pendant une heure. Rincez abondamment à l'eau froide. •Masque facile pour resserrer la peau Prenez un yaourt frais et naturel, mélangez avec une cuillerée de miel liquide. Laissez sécher et retirez à l'eau tiède au bout de vingt minutes.

Masque vitaminé à la carotte

Incroyablement riche en vitamine A, la carotte possède une action anti-âge exceptionnelle !

Voici une petite recette facile de masque de beauté à base de vraies carottes :

1- Peler et mixer une grosse carotte BIO (c’est mieux pour une application sur la peau !).

2- Récupérez la pulpe de carotte, et mélangez la avec une grosse cuillerée à soupe d’huile d’olive BIO.

3- Ajoutez, à votre convenance, 2 gouttes d’huile essentiellede votre choix (moi j’aime beaucoup l'huile de bois de rose)

4- Appliquez votre masque allongée, la tête sur une vieille serviette

5- Invitez le contour des yeux

6- Restez 10mn allongée en vous décontractant

7- Rincez le masque à l’eau tiède et séchez votre peau en la tapotant avec une serviette éponge.

Votre peau sera resplendissante, et prête à accueillir un soin hydratant !

•Masque relaxant (pour visage fatigué)

Mélangez deux grosses cuillerées de farine d'avoine dans un bol de lait frais, à peine tiédi. Ajoutez une cuillerée à dessert d'eau de rose et quelques gouttes de teinture de benjoin. Appliquez cette "bouillie" sur tout le visage et maintenez-la avec deux larges compresses de gaze. Gardez pendant quarante-cinq minutes et rincez abondamment à l'eau tiède. •Masque nourrissant

Pour l'hiver, quand il n'y a plus de fruits frais. Mettez à tremper quelques abricots secs dans un peu d'eau bouillante. Laissez-les gonfler; lorsqu'ils sont tout à fait amollis, étendez-les sur le visage et maintenez par des compresses de gaze. •Masque antirides

Mélangez une grosse cuillerée à soupe de farine de pois chiches avec un blanc œuf battu en neige, et un peu de miel liquide. Gardez vingt minutes, et enlevez à l'eau tiède. •Masque antirides

Mélangez deux cuillerées d'argile verte (dans les magasins de régime, pharmacies et parapharmacies) avec deux cuillerées d'huile de maïs. Gardez cette pâte sur le visage pendant quinze ou vingt minutes. Enlevez à l'eau tiède. •Masque antirides

Mondez des amandes, et pilez-les finement dans un mortier. Mélangez avec une ou deux cuillerées d'eau d'hamamélis. Appliquez cette pâte crémeuse, et gardez pendant vingt-cinq minutes. Enlevez à sec, avec un gant de toilette. •Masque "lifting" pour peau sèche

Sur les peaux sèches, la crème fraîche peut faire office de masque réhydratant. Mélangez-en deux cuillerées à soupe à un blanc d'oeuf pour obtenir un masque "effet lifting". Laissez posé 15 minutes, puis rincez à l'aide d'une lotion.

Masque vitaminé à la carotte

Incroyablement riche en vitamine A, la carotte possède une action anti-âge exceptionnelle !

Voici une petite recette facile de masque de beauté à base de vraies carottes :

1- Peler et mixer une grosse carotte BIO (c’est mieux pour une application sur la peau !).

2- Récupérez la pulpe de carotte, et mélangez la avec une grosse cuillerée à soupe d’huile d’olive BIO.

3- Ajoutez, à votre convenance, 2 gouttes d’huile essentiellede votre choix (moi j’aime beaucoup le néroli !)

4- Appliquez votre masque allongée, la tête sur une vieille serviette

5- Invitez le contour des yeux

6- Restez 10mn allongée en vous décontractant

7- Rincez le masque à l’eau tiède et séchez votre peau en la tapotant avec une serviette éponge.

Votre peau sera resplendissante, et prête à accueillir un soin hydratant !

Masque anti-rides au jus de cuisson de pomme de terre

Ne jetez plus le jus de cuisson de vos pommes de terre ! C’est un excellent agent régénérant pour la peau !

Voici une petite recette très facile à réaliser à base de produits 100% naturels:

Mélangez les ingrédients suivants:

2 cuillerées à soupe d’argile blanche 1 cuillerées à soupe de jus cuisson pomme de terre 1 cuillerées à café d’huile de germe blé (ou noyau d’abricot, argan..) 1 goutte d’huile essentielle de romarin Complétez votre mélange avec un peu d’hydrolat ou d’eau de rose (ou d’eau de source simple), jusqu’à obtention d’une pâte onctueuse.

Posez sur le visage en couche épaisse, laissez poser 15mn et rincez abondamment.

Votre peau est régénérée, effet bonne mine assuré !

Un tonique au miel Pour fabriquer votre eau purifiante au miel, il suffit de dissoudre une petite cuillère de miel bien fluide dans un grand flacon d'eau chaude et de bien mélanger. A la place de l'eau, vous pouvez aussi utiliser le jus d'un concombre ou encore une eau florale de votre choix. L'eau florale de rose est un excellent tonique cutané. La lotion obtenue se passe sur le visage avec un morceau de coton. Conservez la au frais, 1 mois grand maximum.

recette anti-acné au vinaigre de cidre :

Le vinaigre de cidre retarde l'apparition de boutons et autres points noirs indésirables. Une lotion avec du vinaigre de cidre bio et de l'eau permet de se débarrasser des infections et éruptions cutanées. Il vous faut : -du vinaigre de cidre bio -de l'eau -un coton-démaquillant ou un coton-tiges Mode d'emploi : On verse un peu de vinaigre de cidre bio dans un verre. On imbibe un coton démaquillant ou un coton-tiges qu'on applique sur le bouton ou le point noir. On laisse agir quelques instants. Le coton imprégné d'eau vinaigré va désinfecter les boutons et booster la circulation sanguine. Ce soin est à faire deux fois dans la journée.

Pour des aisselles plus belles cet été Ce sont souvent les femmes qui se rasent au rasseoir qui rencontrent le problème d’aisselles noirs. Il arrive toutefois que cette zone sensible du corps développe de petites allergies causées par un nouveau déodorant inadapté ou tout simplement des irritations qui noircissent pendant de la guérison. Si vous avez ce problème, ne vous inquiétez pas, vous pouvez utiliser une de nos recettes fait maison : Mélangez du jus de citron avec un peu de poudre de talc pour bébé sans alcool et sans parfum. Appliquez le mélange sur les aisselles et laissez agir pendant 15 minutes. Rincez à l’eau tiède. Vous pouvez appliquer ce masque fois par semaine. Pour un meilleur résultat, adoptez des déodorants sans alcool.

Contre les odeurs de transpiration des aisselles Voici comment vous pouvez utiliser le bicarbonate de soude comme déodorant pour lutter contre les mauvaises odeurs. Avec un gant de toilette Mouillez un peu votre gant, puis saupoudrez un peu de bicarbonate de soude. Ensuite, passez-le doucement sous vos aisselles. À mains nues et mouillées Mouillez vos mains sous le robinet, puis essuyez-les avec une serviette, pour que vos mains soient juste un peu humides. Ensuite, saupoudrez dans le creux de votre main, un peu bicarbonate de soude. Frottez-les brièvement et légèrement l’une contre l’autre, pour répartir la poudre entre elles. Il ne vous reste plus qu’à passer doucement vos mains sous vos aisselles pour appliquer le bicarbonate.

Gommage yaourt, miel & amandes pour le visage

Le yaourt est un excellent exfoliant. Associé au miel et à la lavande, il purifie la peau tout en douceur.

La recette est en plus très simple a réaliser:

Mélangez 3 cuillerées à soupe de yaourt bio avec 2 cuillerées à café de miel liquide, 4 gouttes d’huile essentielle de lavande, une petite poignée de fleurs de lavande et 2 cuillerées à soupe de poudre d’amande.

Appliquez cette crème sur le visage et le cou en effectuant des cercles doux et circulaires. Rincez à l’eau tiède.

Votre peau retrouvera une fraîcheur a toute épreuve!

Gommage au citron et sucre pour le visage

Comment faire un gommage au citron ?

Le citron est souvent utilisé dans les exfoliants pour éliminer les cellules mortes de la peau. Découvrez cette recette facile pour réaliser un gommage maison efficace ! Les soins naturels au citron lutte également contre l’acné.

Recette du gommage visage au citron

  1. Mettez le sucre dans un bol.
  2. Versez-y le jus de citron et l’huile d’olive.
  3. Mélangez.
  4. Appliquez le gommage sur votre visage en effectuant des mouvements circulaires afin de gommer les impuretés de votre peau.
  5. Rincez abondamment à l’eau tiède avec un gant.

Ingrédients

  • 1 c. à soupe de sucre roux
  • 2 c. à soupe de jus de citron
  • 1 c. à café d’huile d’olive

Équipement

  • Un bol
  • Une cuillère en bois
  • Un gant

Les conseils de nos grands-mères

  • Vous pouvez faire ce soin exfoliant une fois par semaine pour tonifier votre peau.
  • Ce soin est aussi bien adapté pour les peaux grasses, les peaux mixtes et sèches.
  • Le gommage est à utiliser immédiatement, il ne se conserve pas.
  • Évitez l’exposition au soleil après l’application de citron, car il est photosensibilisant.
Les soins visage "fait maison"
Les soins visage "fait maison"
Les soins visage "fait maison"
Les soins visage "fait maison"

Le fruit magique contre le vieillissement cellulaire

Vous entendez beaucoup parler des « radicaux libres », ces molécules agressives qui attaquent vos cellules, et même votre ADN. Ils accélèrent le vieillissement et contribuent à déclencher de nombreuses maladies liées à l'âge, comme l'athérosclérose, les problèmes de vue, les démences, et le cancer. D'où viennent les radicaux libres ? De la pollution, des produits chimiques, de la cigarette, mais également dufonctionnement normal de vos cellules. Pour fonctionner, vos cellules ont besoin de brûler un combustible (le glucose), dans de petites usines électriques appelées mitochondries. C'est cela qui leur fournit de l'énergie pour, par exemple, se contracter dans le cas des cellules musculaires, ou émettre des signaux électriques pour communiquer, dans le cas des cellules nerveuses.

Vos cellules fument

Tout comme un moteur émet toujours un peu de fumée, même s'il est bien réglé, vos cellules « fument » et émettent des radicaux libres lorsqu'elles travaillent, même si vous vivez sainement. Plus vous faites de sport, plus vous utilisez votre cerveau, plus vous éprouvez d'émotions, bref, plus vous vivez intensément, plus vous fabriquez de radicaux libres. Et il n'existe qu'un seul moyen, dans l'état actuel des connaissances, d'éliminer les radicaux libres : les antioxydants, des substances qui sont naturellement présentes dans votre corps et dans les fruits et légumes frais, surtout colorés. Le problème est que vos cellules n'absorbent pas facilement les antioxydants que vous mangez. La plupart restent à l'extérieur de vos cellules et sont éliminés de votre organisme sans avoir détruit le moindre radical libre. Comment faire pour aider les antioxydants que vous manger à pénétrer dans vos cellules ?

Les prodigieux effets des graisses

Il existe un moyen simple d'augmenter considérablement votre taux d'absorption des antioxydants : manger vos fruits et légumes avec un corps gras. Pas nécessairement du beurre ou de la charcuterie : de nombreux aliments contiennent de bonnes graisses et vous pouvez facilement les manger avec vos fruits ou ajouter à vos plats de légumes : il s'agit des fruits à coque (noix, amandes, noisettes...), de l'avocat (ou l'huile d'avocat), des olives, ainsi que toutes les graines (courge, graines de lin broyées, graines de tournesol). Dans une étude réalisée avec de l'avocat, les chercheurs ont constaté qu'en consommer en même temps que des crudités dans une salade multiplie : (1)

  • le taux d'absorption du lycopène par 4 (le lycopène est un antioxydant que l'on trouve dans les tomates) ;
  • le taux de bêta-carotène par 2,6 (le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A que l'on trouve en abondance dans les carottes et dans une moindre mesure dans les légumes verts à feuille).

L'avocat est très riche en acides gras, mais ce sont de bons acides gras, nécessaires à votre santé. Lorsque c'est de l'huile d'avocat qui a été ajoutée aux crudités, ils ont constaté une multiplication :

  • du taux d'alpha-carotène par 7,2 ;
  • du taux de bêta-carotène par 15,3 ;
  • du taux de lutéine par 5,1 (la lutéine est un antioxydant rouge-orangé que l'on trouve dans le jaune d'œuf, le maïs, les carottes, les épinards et l'oseille, et qui protège en particulier la rétine).

Un avocat au petit-déjeuner

Les avocats sont aussi une puissante source d'acides gras mono-insaturés qui contribuent à :

  • contrôler la glycémie (sucre sanguin) ; (2)
  • entretenir la paroi des artères ; (3)
  • réduire l'hypertension artérielle. (4)

J'aime manger un bon avocat au petit-déjeuner. Assaisonné d'un jus de citron et d'un filet d'huile d'olive, avec un œuf à la coque cuit à basse température (eau à 80 °C, pour qu'ils devienne crémeux et non caoutchouteux), une tranche de jambon de pays ou un filet de maquereau, une tasse de thé (sans sucre et sans lait), quelques amandes, noix de Grenoble et une salade de fruits rouges et noirs, cela fait un petit-déjeuner consistant qui me permet de me sentir bien et plein d'énergie toute la journée, en faisant des repas modérés le midi et le soir. Si vous n'avez pas gros appétit ou si vous faites peu d'activité physique, vous pouvez bien sûr vous contenter d'un demi-avocat le matin, c'est déjà très nourrissant.

Truc pour que vos avocats soient toujours bons

Lorsque vous achetez des avocats dans le commerce, ils sont en général durs comme du bois. Bien sûr, vous parvenez à les faire ramollir en les laissant traîner dans votre corbeille à légumes. Mais la cruelle réalité est qu'alors, bien souvent, d'affreuses tâches noires auront colonisé la tendre chair de l'avocat le jour où vous l'ouvrez. Des fils noirs et filandreux se seront formés à l'intérieur, et ce qui reste de chair sera aqueux et insipide. Rien à voir, donc, avec la texture d'un beau vert amande, onctueuse et fondante, de l'avocat mûr à point qui en fait une des plus grandes merveilles de la Création. Pour éviter cette déception, il existe un truc simple : emballez vos avocats dans du papier journal dès votre retour du supermarché, et mettez les dans un tiroir ou une armoire bien obscure. Attendez deux ou trois jours et vous aurez le plaisir de manger des avocats comme si vous les aviez cueillis sur l'arbre au bon moment. Cela paraît tout simple mais il y a une difficulté majeure : ne pas oublier vos avocats. Une fois qu'ils sont bien cachés au fond d'un placard, le risque est de ne remettre la main dessus que... 6 mois plus tard, et croyez-moi, ils ne seront plus bons à manger.

Autres avantages des avocats

A noter que les avocats sont pleins de vitamines très importantes :

  • la vitamine K est importante pour la coagulation du sang. Elle contribue aussi à la solidité de vos os ;
  • Les folates, ou vitamine B9, sont importantes pour une bonne reproduction cellulaire et le développement de vos tissus ;
  • La vitamine E protège les tissus contre les radicaux libres et peut protéger le cœur ;
  • La lutéine est nécessaire pour protéger les yeux et la peau ;
  • La vitamine C renforce le système immunitaire et neutralise les radicaux libres ;
  • La vitamine B6 renforce elle aussi le système immunitaire, aide aux fonctions nerveuses et à la synthèse des globules rouges. (5)

A votre santé ! Jean-Marc Dupuis ****************************** Publicité : L'action conjointe de l'Union Européenne et des lobbys de l'industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d'être interdits, mais les sources d'information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi. Prenez dès aujourd'hui les devants ! Abonnez-vous aux Dossiers de Santé & Nutrition restez en permanence au courant des dernières découvertes en pointe de la médecine naturelle. Découvrez les nouveaux traitements que Bruxelles n'a pas encore eu le temps d'interdire en visitant la page ici. ******************************

Partager cet article

Repost 0

Psycho test : dessine-moi 4 arbres, je te dirai qui tu es !

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

La consigne est simple : prenez 4 feuilles de papier non ligné, un crayon à papier et dessinez un arbre par feuille selon les indications données. Ensuite, lisez les interprétations du psy…

En traçant un arbre, chacun représente bien plus qu’une espèce végétale. L’air de rien, ce sont tous nos affects, conscients ou non, qui se projettent et se révèlent symboliquement pour parler de notre rapport aux autres et au monde.

Envie de jouer ? Munissez-vous de 4 feuilles, d’un crayon et suivez les consignes. En experte, la graphologue Marianne Dubois (1) se charge de l’interprétation…

- Sur la feuille numérotée 1, dessinez un arbre, n’importe quel arbre, sauf un sapin.

- Sur la feuille numérotée 2, dessinez également un arbre, n’importe quel arbre, sauf un sapin.

- Sur la feuille numérotée 3, dessinez un arbre de rêve, un arbre qui n’existe pas dans la réalité, un arbre imaginaire.

- Sur la feuille numérotée 4, dessiner un arbre, n’importe lequel, mais en fermant les yeux.

Comment interpréter ?

Avant toute chose, sachez que traditionnellement…

- L’arbre 1 parle de notre milieu professionnel (ou scolaire pour les jeunes).

- L’arbre 2 évoque, lui, notre contexte familial.

- Dans l’arbre 3, ce sont nos projets d’avenir qui peuvent être décryptés.

- Quant à arbre 4, il éclaire la période de l’enfance.

Vous avez dessiné…

– Un tronc solidement implanté à la verticale : vous êtes de tempérament actif et bien ancré dans la réalité du quotidien.

- Un feuillage abondamment fourni de détails : l’activité intellectuelle est un plaisir pour vous. Curieux, vous retenez aisément ce que vous découvrez et apprenez.

- De nombreuses racines qui s’enfoncent dans le sol : tant de choses vous intéressent ! Vous aimez comprendre ce qui se cache derrière les apparences, vous ne vous contentez pas du superficiel, vous avec un esprit de recherche.

- Ces racines prennent des proportions telles qu’elles deviennent plus grandes que le tronc : vous avez pressenti qu’il y avait dans votre vie des événements ou des situations importants, lourds, mais dont vous ne connaissez que partiellement l’historique et cela vous inquiète. L’énergie joue son combat en sous-sol et cela peut coûter cher.

- Un sol qui prend une direction ascendante : que d’énergie, d’allant et d’enthousiasme pour mener à bien vos projets !

- Un feuillage qui est projeté vers la droite de la feuille comme si du vent le propulsait :votre soif de contacts est manifeste, votre curiosité vous pousse à aller vers les autres.

- Un soleil, un animal, un personnage en supplément de l’arbre : vivre en bonne entente avec votre entourage est pour vous une priorité, dans un climat à l’abri des conflits, ainsi que votre besoin d’exprimer et de partager vos sentiments et émotions.

- Des fruits et des fleurs dans le feuillage : que de charme déployez-vous ! Vous appréciez les ambiances où tendresse et sentimentalité peuvent s’exprimer.

- Un feuillage aplati par le haut : craignez-vous à ce point les foudres de votre hiérarchie (arbre 1) ou seraient-ce les exigences parentales excessives qui vous empêchent de vous déployer (arbre 2) ?

- Un arbre au centre de la page : il montre le souci de ne pas s’écarter du convenu, la recherche d’un équilibre parfois menacé.

- Un feuillage qui déborde sur la partie haute de la feuille comme s’il s’étendait en dehors du champ de la page : que d’énergie dépensez-vous pour vous sentir à la hauteur de vos nombreuses aspirations ! Vous faites-vous suffisamment confiance ?

- Un palmier : votre imagination est à l’œuvre et vous fait « voyager » dans des univers où vous aimez vous évader.

- Un arbre d’hiver, c’est-à-dire sans feuilles : ne traversez-vous pas en ce moment une période de remise en questions, de doutes sur votre valeur, et de tristesse ? Dans votre travail (arbre 1) ? Dans votre famille (arbre 2) ?

- Un petit feuillage perché sur un grand tronc : spontané comme peut l’être un enfant, en prise directe avec la vie, vous ne tenez pas toujours en place. Vous avez besoin des autres.

- Un tronc qui se couche vers la droite : l’appui et le soutien de vos amis, de votre famille (en arbre 2), ou de vos collègues (en arbre 1) sont nécessaires pour vous guider dans votre vie.

- Un feuillage qui prend tant de place qu’on ne distingue qu’à peine le tronc sur lequel il s’appuie : que d’idées fourmillent dans votre esprit ! Vous privilégiez les milieux de culture intellectuelle. Vos aptitudes à la création sont manifestes. Ne vous arrive-t-il pas de vous évader un peu trop du quotidien pour vous réfugier dans votre monde intérieur ?

1. Marianne Dubois, diplômée de la SFDG (Société française de graphologie) et membre du SGPF (Syndicat des Graphologues Professionnels de France), est conseil en ressources humaines.

Publié dans Coach de vie

Partager cet article

Repost 0