Psychotest : dessine-moi une maison, je te dirai qui tu es !

Publié le par LES ATELIERS DU BIEN-ETRE

Seule consigne : prenez un papier, un crayon et dessinez une maison. Ensuite, au psy de faire ses interprétations…

Grand classique de l’évaluation psychologique depuis plus de 50 ans, le test du dessin de la maison demeure l’un des plus utilisés dans les cabinets de thérapies. Normal : en traçant un logis, chacun représente bien plus qu’un simple volume. L’air de rien, ce sont tous nos affects, conscients ou non, qui se projettent et se révèlent symboliquement pour parler de notre rapport aux autres et au monde.

Envie de jouer ? Prenez un papier, un crayon, et laissez libre cours à votre spontanéité, à votre imagination. Seule consigne : dessinez une maison. En expert, Patrick Estrade (1) se charge de l’interprétation…

Vous avez dessiné…

- Une cheminée. Vous associez symboliquement maison et foyer, celui auprès duquel on se retrouve, on s’entraide. Vous n’êtes donc ni solitaire, ni isolée. Il en sort de la fumée ? Votre intérieur est habité comme vous l’êtes vous-même d’une bonne énergie vitale. Reste à voir dans quel sens s’échappe le nuage : vers la droite, c’est le signe que vous êtes tournée vers l’avenir.

- Une poignée de porte. Elle incarne votre esprit d’ouverture. Vous invitez l’autre à entrer chez vous sans crainte puisque vous savez ce qui vous appartient, ce qu’on ne pourra pas vous dérober.

- Une demeure de face. L’image parle d’elle-même : vous êtes franche, directe… À moins que ça ne soit qu’une une simple façade ?

- Une maison en volume. Une manière de signaler que vous êtes consciente de toutes vos dimensions : solide et fragile, heureuse et anxieuse, ouverte et secrète…

- Un grand toit. Puisqu’il symbolise la protection, sa taille en dit long sur votre besoin de réassurance…

- Un grand nombre de fenêtres. L’idée est la même si vous avez dessiné une baie vitrée : vous invitez le soleil à entrer dans votre demeure symbolique. Une manière de reconnaître que vous avez besoin des autres, que vous n’êtes pas égocentrée.

- Un velux ou un œil de boeuf. Percer le toit pour laisser pénétrer la lumière traduit souvent un besoin de spiritualité.

- Des volets ouverts. Leur présence indique que le logis n’est pas vide. La vie se dit. Fermés, cela traduira un repliement sur soi ; sage précaution en cas de besoin.

- Un chemin, un jardin, des fleurs… Quiconque s’aventure sur vos terres a la même impression : vous êtes attentive et accueillante. Nul doute que vous aspiriez à une vie sociale intense et riche.

- Une maison cube. Puisqu’il n’y a pas de toit, il n’y a pas de grenier. Vous êtes donc sans doute quelqu’un qui ne souhaite pas s’encombrer de l’héritage du passé. Peut-être parce qu’il est lourd à porter. À moins que ce ne soit votre personnalité rationnelle qui vous encourage vivre prioritairement l’instant présent.

- Une maison de plain-pied. Vous voulez être en prise directe avec la vie. Peut-être même votre voiture est-elle garée devant, signe de dynamisme.

- Des personnages, des animaux, des arbres… Ils traduisent votre besoin de vie sociale ainsi que votre désir de vivre en bonne entente avec le monde dans sa diversité.

- Un balcon. Prendre de la hauteur pour mieux apprécier la situation est un exercice qui vous est familier. En même temps, lorsque vous êtes perchée sur votre tour de contrôle, vous avez parfois l’impression que les choses vous échappent… Anxieuse, vous ?

- Une barrière. Elle délimite votre territoire, votre périmètre, l’envie de dire : « Ici, c’est chez moi. Avant d’entrer, merci de montrer patte blanche… »

- Un appenti. Comme une cabane d’enfant, celui-ci est une surface additionnelle à la maison qui peut abriter l’imaginaire… ou au contraire permettre les mises à l’écart. Quoi qu’il en soit, il traduit un côté futé qui semble dire : « si je peux en avoir plus pour le même prix, pourquoi je m’en priverais ? ».

- Des croisillons aux fenêtres. C’est la forme de fenêtre qu’on adore idéalement dessiner. Ils disent votre goût des choses un peu conventionnelles en même temps que votre besoin de sécurité. Souvent ils sont dessinés aux fenêtres des chambres du haut et traduisent le besoin de préserver cet espace d’intimité.

Publié dans Psycho

Commenter cet article